15 nov. 2017

J'AI ACHETÉ UN CHEVAL !!!

J’AI ENVIE D’ÉCRIRE QU’EN MAJUSCULES TELLEMENT JE SUIS CONTENTE ET J’AI ENVIE DE HURLER MA JOIE, MAIS C’EST UN PEU AGAÇANT À LIRE ET VOUS ALLEZ CROIRE QUE JE SUIS EN COLÈRE. Bref, je vous l’ai annoncé il y a presque 1 mois sur les réseaux sociaux, j’ai réalisé le rêve de tout cavalier, le rêve de toute ma vie, mon rêve de petite fille : je suis devenue propriétaire ! C’est très soudain et je sais que vous êtes des petits curieux (et je meurs d’envie de partager avec vous toute cette nouvelle aventure ahah), alors je vais prendre le temps de revenir sur les événements de ces dernières semaines.


Acheter un cheval: le projet "prévu mais pas vraiment"


Je vous le dis d'emblée: rien de tout cela n'était prévu. Enfin, pas vraiment comme ça. Depuis janvier dernier où j'ai trouvé un job, ma vie ne tournait plus qu'autour de calculs infinis pour déterminer quand et comment j'allais enfin acheter mon cheval. Je reviendrai sur ces détails dans un autre article, toujours est-il que j'ai fini par décider que je me lancerai dans les recherches de mon futur compagnon en janvier. Mais ça, c'était en théorie. Car même si j’étais déterminée à être raisonnable et à attendre 2018 pour des raisons purement financières, je ne pouvais pas m’empêcher de consulter PLUSIEURS FOIS PAR JOUR (#jaiuneaddiction #appelezconfessionsintimes) les petites annonces : Facebook, Cheval Annonce, Equirodi, Le Bon Coin, inlassablement, sauvegardant les annonces des chevaux qui me plaisaient « pour plus tard »… et craquant parfois en contactant les vendeurs avant de me rétracter car j’avais peur de me lancer si tôt.

Portrait cheval alezan.
Je sentais que cette bouille d'amour m'attendait quelque part...

Jusqu'à ce que je tombe pour la énième fois sur cette mignonne trotteuse noire de 8 ans, à vendre dans une ville voisine. Plus d'un mois que l'annonce est en ligne et passe et repasse sous mon nez, je finis par me convaincre que ça doit être un signe, ce cheval prêt de chez moi et dans mes prix qui semble m’attendre: je prends rendez-vous. Mais ce ne serait pas raisonnable d'aller voir un seul cheval, non non, il vaut mieux que j’aille en voir un deuxième en comparaison, au cas où j’aurais un coup de cœur (vous sentez le piège qui se referme là). J'ai donc recontacté une vendeuse  de trotteurs avec qui j'avais échangé plusieurs mois auparavant (vous savez, mes craquages où je me rétractais par peur) mais là surprise, elle n’a pas un mais trois chevaux qui correspondent à mes critères ! Un bai de 5 ans, une alezane brûlée de 10 ans et un alezan avec une grande liste de 4 ans. J’ai le malheur de dire que j’aime particulièrement les jaunes avec du blanc, et la voilà à me faire un portrait si flatteur de son poulain que j'avais envie de signer de suite. On prend rendez-vous pour la semaine suivante, mais ce petit cheval me trotte dans la tête et je finis par rappeler pour avancer la rencontre au surlendemain ! Les chevaux chez eux partent très vite et je ne veux pas manquer celui-là, j’ai un pressentiment

Me voilà donc le 14 octobre à Grosbois, fameux centre d’entrainement de trotteurs, impressionnée par le cadre et par ce que je suis entrain de vivre: moi, si stressée à l'idée de changer mes plans et de me lancer dans un achat, me voilà à essayer 3 chevaux d'un coup sans avoir eu le temps de vraiment y réfléchir ! Quand j’arrive, un alezan est déjà à l’attache en train d’être préparé et ma première pensée est que « il est trop joli pour que ce soit le cheval dont on m’ont parlé ». Eh bien si ! Ça présageait déjà de la suite... Je vous la fait courte : en plus de son physique qui me plait, je suis sous le charme de ce petit jeune qui vient me souffler dans le cou quand je suis à pied à côté, qui ne sait pas faire grand-chose en selle à part foncer mais montre déjà un grand cœur et une bonne capacité de réflexion. Je me sens bien avec et je me surprends à penser que même si ça s'annonce long, j’adorerais faire son travail de reconversion. Les images parlent d'elles même: j'ai souvent le sourire aux lèvres...


Je me voilais la face sur le moment, mais j’ai bel et bien un coup de cœur. Par acquis de conscience, j'ai demandé à voir le deuxième cheval bai mais je ne suis même pas monté dessus; pas envie. Je suis repartie toute chamboulée pour passer bien 2 heures chez Coach à tourner en rond en m’arrachant les cheveux, à ne pas savoir quoi faire (pour la petite anecdote, une connaissance qui était là à ce moment me décrira à une autre personne en disant : « Je crois qu’elle a pété un câble. Vraiment »). Il me plait mais tout va si vite et échappe à mon contrôle ! Ce n'est pas ce que j'avais prévu ! Et comment faire financièrement ? Et est-ce qu’avec un peu plus de temps je ne trouverais pas un cheval mieux ? Est-ce que je ne devrais pas en essayer d'autres ?...

Il faut trancher. On a qu’une vie. Il y a trop de coïncidences (même son nom, qui est une private joke avec mon chéri). J'ai très envie de dire oui. Je rappelle les vendeurs pour dire que je l’achète sous réserve de la visite véto. Le temps s'arrête pour moi, maintenant que ma décision est prise j'ai si peur qu'il m'échappe pour une raison ou une autre que j'ose à peine respirer. Le lendemain, je retourne laisser un chèque de réservation. Le mardi, j’y suis de nouveau pour la visite vétérinaire, qui est positive. Je fonds en larmes dans la voiture : j’ai réussi. Après tant d'années d'attente, de stress, de moments de découragement à me dire que je n'y arriverais jamais, mon rêve va se réaliser. Et ce que je ne savais pas à ce moment-là, c'est que le plus beau restait à venir. Car mon chéri m'a fait la surprise, avec la complicité de ma mère et de Coach, d’aller chercher mon cheval (c'est si bon de l'écrire) dès jeudi. Attirée à l'écurie pour une raison bidon, le choc a été des plus total quand je suis tombée sur mon p'tit bonhomme en arrivant devant les box. Je n'en croyais tellement pas mes yeux que j'ai été obligée de sortir une photo pour comparer ! Je me suis mise à pleurer. J'ai couru serrer Coach dans mes bras. Je suis revenue au box pour trouver mon cher et tendre, héros du jour, qui s'était caché à proximité. J'ai re-pleuré. Il m'a dit de fermer les yeux et a mis un genoux à terre pour sortir une bague de sa poche. J'ai encore plus pleuré. Mon prince charmant m'a apporté mon cheval alezan. Bref, ce jeudi 19 octobre 2017 restera bel et bien gravé dans ma mémoire comme l’un des jours où j'ai le plus pleuré des plus beaux jours de ma vie !

Prince charmant sur son cheval alezan.
Celui qui m'a soutenu et me soutient encore dans toute cette aventure <3



Easy Money: le coup de cœur raisonnable


Me voilà donc propriétaire d'Easy Money, hongre alezan, plein papier trotteur français (avec de bonnes origines telles que Cocktail Jet et Workaholic), né le 4 avril 2014. Il n'a jamais couru en courses et n'a même pas été jusqu'aux qualifications, et pour cause: il galope dès qu'on lui demande de  prendre de la vitesse. Dommage pour son entraîneur, une chance pour moi. Il a alors été réformé très vite et utilisé pour apprendre aux jockey de l'AFASEC à tenir à cheval. Puis il a commencé à être travaillé façon équitation classique quelques semaines avant que je le rencontre. Pas d'histoire à faire pleurer le concernant donc, puisqu'il a toujours été très bien soigné, en témoigne l'état dans lequel je l'ai acheté: aucun problème de santé, affûté mais en bel état et surtout bien dans sa tête !

Trotteur hongre alezan de trois ans.
La plus belle de toutes les trottinettes jaune !

Moi qui rêvais d'un cheval avec qui je pourrais me faire plaisir tout de suite sportivement parlant (âgé de 8-9 ans), préservé physiquement (j’excluais les réformés de courses qui débutent leur carrière très tôt et peuvent potentiellement avoir des lésions prématurées) et dont je serais sûre de l'achat car ce serait réfléchi et pas mon premier essai ; j'ai acheté en une semaine de temps le premier cheval que j'ai vu et qui est le prototype de ce dont personne ne veut: une trottinette jeune et jaune. Ahem. Le cœur a parlé et a balayé tous mes critères d'un revers de main.

Enfin, presque tous mes critères car Easy remplit malgré tout les plus importants pour moi:
  • La robustesse: les trotteurs sont réputés pour leur bonne santé et leur solidité tout en ayant un physique sport. Ils s'adaptent en général très bien à la vie en extérieur et aux pieds nus, gros gros critères de sélection pour moi. Et effectivement, depuis son achat Easy a très bien fait du poil pour rester au chaud dans son pré et n'a jamais montré de gêne depuis son déferrage !
  • La gentillesse: la réputation de grand cœur de cette race n'est plus à faire. Et mon Poupou l'a bien montré pendant l'essai (et continue depuis de me le prouver au quotidien): lui qui avait dû voir des barres une fois dans sa vie a courageusement passé plusieurs fois une croix malgré les conditions moyennes dans lesquelles la vendeuse l'amenait (elle l'a reconnu elle-même: virage brusque, arrivée de travers, manque d'impulsion).
  • La polyvalence: même s'ils ne s'illustrent pas au plus haut niveau, on retrouve aussi bien des trotteurs en endurance, qu'en obstacle ou en dressage ! Quant à Easy, il galope avec plaisir et apprend très vite, ce qui laisse présager de bonnes choses sur le plat. Il a montré un geste pas mauvais sur les barres. Il est assez curieux et très respectueux, ce qui pourra être utile pour le travail à pied. Sans compter que les courses (et la sélection génétique en amont) donnent généralement un bon cardio pour l'extérieur. Il ne tient qu'à moi de continuer à cultiver tout cela !

Au final, je n'ai donc pas fait de folie et le trotteur semblaient vraiment être la race toute indiquée pour moi par rapport à mon budget, mes critères et mes objectifs. J'avoue également que l'idée de  lutter contre les préjugés et prouver qu'un trotteur aussi peut être un excellent cheval de loisir (et pourquoi pas de compétition ?) est un challenge assez excitant et qui me tient à cœur. Car même si beaucoup de chevaux de course sont bichonnés toute leur vie et connaîtront une retraite à l'herbe, un camion de la boucherie passe quand même toutes les semaines à Grobois et plus de 70% des trotteurs naissants chaque année finissent dans le mauvais camion... J'espère que l'avenir qui nous attend sera brillant et sera une pierre de plus apportée à l'amélioration de la réputation des trotteurs.



Je suis propriétaire: et maintenant ?


Cela fait presque 1 mois maintenant que je suis passée de l'autre côté de la barrière et qu'Easy enchante mon quotidien. Un mois que je suis sur mon nuage, que je souris à chaque fois que je pense à mon cheval (ce qui arrive très souvent), que mon cœur fond chaque fois que je le vois en arrivant à l'écurie, que chaque instant à ses côtés me semble merveilleux car je sais que l'avenir nous appartient. 

Bon, tout n'est pas tout rose non plus. Je suis devenue propriétaire si vite que je n'étais préparée ni mentalement (j'ai mis bien 15 jours à cesser d'avoir l'impression de m'occuper du cheval d'un autre), ni matériellement ! J'emprunte la selle au club, le filet m'est prêté par ma belle-sœur, mon stock de couvrantes a été constitué des fonds de tiroir des copains: grâce à la générosité de mon entourage on s'en sort mais j'ai quand même hâte de finir la garde robe d'Easy avec du matériel qui lui est vraiment adapté. C'est un petit caillou dans ma chaussure qui s'ajoute aux questionnements du quotidien: est-ce qu'il n'a pas froid ? Quand le couvrir plus ? Sa ration est-elle adapté ? Quel pareur appeler ? Est-ce que je le travaille de la bonne manière ? Comment passer cette étape de travail ? Est-ce que je vais être à la hauteur pour former un jeune ?...

Pour être honnête, son jeune âge a d'ailleurs été à l'origine d'un petit coup de mou peu après son achat. On me l'a présenté au téléphone en me disant qu'il avait 4 ans. Lors de l'essai on me parlait d'un 4 ans en 2018, mais en réalité c'est bien un 3 ans et demi que j'ai. Et mine de rien, cette petite nuance entre 3 et 4 ans est très importante psychologiquement. C'est comme les articles en magasin qui sont vendus à 20,99€: dans nos têtes, on se dit "chouette, il est à 20€ seulement !" mais en réalité il est à 21€...: vous voyez où je veux en venir ? Easy est vraiment jeune par rapport à ce que je cherchais et après chaque journée passée à ses côtés, je prends la mesure de la longueur du chemin que j'ai à parcourir avant d'avoir un cheval formé. Moi qui voulais progresser à l'obstacle, affiner mes compétences en dressage, continuer à aller plus loin en équitation, je dois remiser mes projets au placard et m'attaquer à quelque chose que je n'ai jamais fait: l'éducation d'un jeune (et c'est une autre paire de manche !). Cette prise de conscience s'est traduite par quelques jours de flottement où je me suis demandée si je n'avais pas fait une bêtise et m'étais précipitée en achetant un cheval qui ne correspond pas à mes objectifs actuels, et qui représente peut être un challenge hors de ma portée (former un jeune cheval, ça ne s'improvise pas).

Poulain de 3 ans au travail.
Tellement fière de ce p'tit bout de cheval au grand cœur !
Je lui apprend mais il va m'apprendre encore plus.

Je n'ai toujours pas de vraie réponse à ces questions. Mais chaque jour qui passe me conforte dans l'idée que j'ai bien fait d'acheter Easy. Je crois au destin et je suis persuadée que l’enchaînement de coïncidences et circonstances qui m'ont menées à lui n'était pas dû au hasard. Je rêve avant tout de construire une relation forte avec un cheval, pleine de confiance mutuelle et de complicité, et quoi de mieux pour ça que d'évoluer avec un jeune, d'apprendre en même temps que lui et le "faire à sa main" ? D'autant que je n'ai jamais vu un 3 ans aussi facile et gentil ! Il est très doux, respectueux, se laisse très bien manipuler, réfléchi à ce qu'on lui propose, n'a jamais un mouvement d'humeur même quand il ne comprend pas. Bref, plus je le découvre, plus j'ai l'impression qu'il correspond à tout ce que je cherchais ! Alors ça vaut bien un peu de patience, d'autant que cette période de découverte réciproque et de début de formation est en réalité passionnante ! Chaque minuscule victoire ("il a tenu 2 secondes de plus à l'arrêt !") me remplit de fierté et j'ai l'impression qu'il progresse si vite ! Je ne vais pas m'étaler sur notre travail, cet article est déjà assez long comme ça mais au final, je n'ai pas de regret: Easy me comble de bonheur et si j'ai décidé de prendre mon temps et de travailler surtout à pied pour le moment, je sens que je ne vais pas m'ennuyer et que la suite promet... Wait and see...










9 commentaires:

  1. Félicitations (2 fois si j'ai tout compris). C'est tellement beau les débuts d'une aventure. Je me souviens de ces moments au début où j'allais aux écuries et que le sourire venait juste de penser que j'allais voir MA jument.
    Les questions, c'est normal au début, mais je croise qu'on en fini jamais.
    Et je te rejoins tellement sur les questions liées à la formation d'un jeune, et aussi sur la relation qu'on va construire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merciii ! Oui, deux fois tu as bien compris ! Quand mon Poupou aura 5 ans, je deviendrai une "Madame" ! :D

      Ahah c'est tellement ça, je ne sais pas ce que je vais faire aux écuries, mais j'y vais juste pour le plaisir de voir mon petit cheval rien qu'à moi !

      Même s'il va falloir patienter pour le vrai travail en selle, je me dis que je vais pas voir le temps passer au final car j'ai toujours la tête occupée ! J'aime pas l'hiver, le temps me parait long, mais dès le retour des beaux jours je vais pouvoir beaucoup plus profiter et le temps va filer, j'en suis sûre. J'ai hâte de voir où on en sera !

      Supprimer
  2. j'ai beaucoup aimé cet article qui parle sans filtre de sentiment immense de trouver ce cheval qui par coïncidence est souvent notre double, et de savoir irréversiblement qu'on ne pourra pas le lâcher. Bon courage pour le triturage moral du 'est ce que je fais tout assez bien pour lui " :) en tout cas si tu as des questions en ce qui concerne la vie tourmentée d'une propriétaire d'équidés, vieux,jeunes, obèse, fourbure, joueur ou antipathique , n'hésite pas.
    Bel article qui traduit une philosophie équestre que j'apprécie. Surtout avec cette idée que tout les plans sont chamboulé car le plus important c'est LE CHEVAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! <3
      J'ai dû faire de nombreuses coupes pour que cet article ne devienne pas un roman, mais j'avais vraiment envie d'essayer de partager tous les sentiments, bons comme mauvais, qui m'ont traversé pendant ce début d'aventure (et Dieu sait s'ils étaient nombreux et puissants !).

      C'est très gentil merci ! Je n'hésiterai pas à faire signe si je me sens perdue !

      Eh oui, la vie ce serait un peu ennuyeux si finalement ça ne suivait que les plans que l'on se fait... La question déterminante pour moi, ça a été de me dire "est-ce que je suis prête à laisser passer un coup de cœur par ce qu'il arrive un peu avance ?". Je me dis que parfois dans la vie, il faut laisser faire les choses et saisir sa chance quand elle se présente ! :)

      Supprimer
  3. Un chouette article qui met le sourire. :)
    Je me retrouve dans plein de choses, du sourire scotché aux mille questions et soucis et surtout de l'apprentissage d'un jeune "E" à la fierté de chaque nouveau petit pas en avant !
    Félicitations et joyeuse nouvelle vie à vous 2 ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! <3

      Je suis vraiment contente si j'ai réussi à insuffler un peu de mon bonheur et de mon excitation actuelle dans cet article ! :D Je suis tellement heureuse de pouvoir partager mon aventure ici, et ça ne fait que commencer !

      Supprimer
  4. félicitations et bienvenue dans le monde des proprios gaga qui publient une nouvelle photo toutes les minutes xD #coeurcoeur
    je crois que chaque achat de cheval ne se passe finalement jamais comme on l'avait prévu quand on voit les exemples des blopines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non non, je ne me reconnais pas DU TOUT dans cette description ! (et encore, en ce moment il fait souvent nuit quand je fais à l'écurie donc pas moyen de prendre de photos souvent, mais attendez les beaux jours... :p)

      C'est exactement ce que je me suis dit en repensant à vos témoignages quand j'avais demandé sur Facebook quand et dans quelles circonstances vous aviez acheté vos chevaux ! Mais au final, tout le monde a l'air satisfait de son sort, j'espère qu'il en sera de même pour nous... :)

      Supprimer