16 oct. 2015

Guide à l'intention de l'entourage des cavaliers ou comment ne pas passer pour un gros lourd.

Quand tu as commencé l'équitation, tu t’imaginais déjà comme la prochaine Véronica Angelo du Club du Grand Galop (en moins peste): tellement classe dans ta veste impeccable, la queue de cheval bien lissée sous ta bombe, admirée par tes pairs, incarnation de l'élégance, respectée en soirée dès que tu dirais que tu es cavalière. Mais dans la vraie vie, tu es régulièrement couverte de crottin et/ou de bave et les gens ne semblent pas avoir lu leurs classiques: notre noble sport est l'occasion de blagues bien lourdes, de commentaires à te faire hausser le sourcil, de fausses bonnes intentions et de tout un tas d'autres impairs commis par notre entourage qui a oublié que "cavalier" rime avec "subtilité". C'est pourquoi j'ai décidé aujourd'hui d'éclairer la lanterne de ces néophytes et de leur lister enfin tout ce qu'il ne faut PAS faire en présence d'un cavalier, sous peine de passer pour le boulet de service. 


Au quotidien

(Souvent avec ta famille)

- Se plaindre bien fort de l'odeur de cheval. On vous rassure tout de suite: si l'amour ne rend pas vraiment aveugle, la passion ne prive pas d'odorat ! Oui, nous sommes conscientes que nous sentons parfois fort. Oui, nous savons que ça peut incommoder les autres même si, personnellement, nous aimons ce petit fumet chevalin. Le curly, cheval hypoallergénique, existe déjà et on vous promet que dès que le cheval senteur vanille option cacas papillons sort, on fera un effort et on l'achètera ! En attendant, on n'y peut rien et tant qu'il n'y a pas de douche à portée de main, crier que ça pue n'a jamais fait disparaître l'odeur ! Alors économisez votre salive, épargnez nos oreilles et un moment de gêne en public et ouvrez les fenêtres !

- Gueuler notre nom dès qu'on passe en voiture le long d'un pré où broutent trois tréteaux déplumés. Imaginons que vous êtes fan de tuning. Est-ce que vous aimeriez qu'on hurle votre prénom chaque fois qu'on croise une twingo ? Non ? Bah nous c'est pareil. Et ce ton enjoué et émerveillé comme si c'était la première fois de notre vie que nous voyions un équidé ne change rien. Ce n'est pas parce qu'on est passionnées d'équitation que l'on bave devant la première carne venue. 

- Penser que chaque vêtement ou chaque objet orné d'un cheval est forcément fait pour nous. Non Mamie, ce pyjama constellé de licornes est très mignon mais à 25 ans quand tu vis en couple, ça le fait moyen. Et ces boucles d'oreilles représentant d'énormes têtes de chevaux ultra kitsch sont très sympas... mais sur une autre. De même que cette sublime statuette de cheval qui va bouffer toute la place sur notre table de nuit et faire revenir notre asthme au galop grâce à la surface de poussière qu'il est possible d'accumuler dessus. Non vraiment, le matériel d'équitation et les livres, c'est bien. Et le mieux et l'ennemi du bien, donc n'allez pas plus loin. Gardez à l'esprit qu'en dehors des moments où nous appelons notre cheval "mon bébé d'amour à sa mômaaaaan", nous sommes des personnes  tout à fait normales.

La montre tête de cheval façon cadeau Cheval Star ? - Crédit: Giphy.com


En soirée

(Là où tu rencontres des inconnus... qui vont d'ailleurs le rester tout bien réfléchi)

- Balancer le traditionnel "l'équitation ? Ce n'est pas un vrai sport, c'est le cheval qui fait tout". Dit la moitié du temps par des gens qui d'ailleurs ne pratiquent aucun sport (la paille dans l’œil du voisin, tout ça). Et quand on propose de venir monter à cheval pour vérifier cette théorie selon laquelle c'est facile et ça ne demande aucun effort, bizarrement il n'y a plus personne. Si ce n'est pas un vrai sport, c'est en tout cas une activité trop impressionnante pour les grandes gueules. Alors épargnez-vous l'humiliation de vous dégonfler et sachez que de tels lieux communs n'ont plus d'effet sur les cavalières depuis longtemps !

- Utiliser les techniques de drague à base de fantasmes sur les cravaches, de comparaisons avec un étalon, d'allusions sur les mouvements de bassin des cavalières. Ok les gars. Vous avez essayé cette technique plusieurs fois, sous toutes ses variantes possibles, et vous n'avez toujours pas conclu. Donc on peut se mettre d'accord pour dire que ça ne fonctionne pas et laisser tomber. Genre définitivement. 

J'avais Dita von Teese avec une cravache sinon - Crédit: Giphy.com

- Vouloir nous mettre en relation avec tous les cavaliers/cavalières de votre connaissance. Sur le papier, ça peut être une bonne idée. Mais dans la réalité, nous n'avons pas tous la même conception du cheval et de l'équitation. Un conducteur de moto de course et un biker ne s'entendront pas forcément, même s'ils partagent la même passion de la moto, vous voyez ? Et puis si nous sortons en soirée avec des amis en dehors de notre cercle équestre, c'est aussi pour parler d'autre chose que du cheval ! Enfin ça fini par faire un peu secte tout ça alors mince, laissez-nous tranquilles, on n'a pas forcément envie d'aller parler avec tata Odette même si elle a un cheval depuis 15 ans ! Et ne nous présentez pas non plus les gens qui "adoooreraient monter à cheval", on ne fait pas location de balade.

- Penser que les cavalières sont toutes riches et faire des allusions genre "nan mais t'as les moyens toi, tu fais du cheval". Ahah. Non. Certains se mettent dans le rouge pour faire du shopping, nous tout passe dans le cheval. TOUT. Donc notre cheval a une garde-robe plus importante que la nôtre, mange des granulés 3 étoiles, a un box grand luxe mais nous on vit dans un studio en mangeant des pâtes et si on a accepté de venir à cette soirée, c'est parce que ça nous faisait un repas gratuit.


A l'écurie ou en concours

(De la part majoritairement de ta famille... Dis-donc ils en tiennent une couche !)

- Demander en rencontrant ponychou pour la première fois "quand est-ce que tu passes à cheval ? Les poneys c'est pour les enfants !". On va mettre un premier point au clair: le poney n'est pas le petit du cheval (je vous assure, beaucoup de gens le croient sans oser l'avouer). Second point: le poney n'est pas réservé aux enfants, il est réservé aux personnes de petite taille, NUANCE ! Et enfin, un poney c'est comme un cheval en plus petit, donc lui aussi peut sauter, dresser, faire du cross et nous emmener en concours. Ah, dernier conseil pour les septiques qui voudraient leur donner des petites claques condescendantes sur l'encolure ou qui pensent pouvoir le mener à la baguette car il est petit: comme les personnes de moins de 1m50, il a développé un caractère très affirmé et farceur pour faire face aux gens un peu trop sûres d'eux. Vous comprendrez vite pourquoi il n'est pas réservé aux enfants !

Le caractère des poneys. En gros. - Crédit: Giphy.com

- Dire "ce n'est pas grave, il y en aura d'autres" quand ton cheval préféré t'as quitté. Quoi ?! Je... Mais ? NON ! Un cheval, c'est comme une relation amoureuse: t'en as de passage, des coups d'un soir (ou plutôt d'une après-midi car après le centre équestre ferme), des potes que t'aimes retrouver et un jour, tu trouves celui qui fais battre ton cœur pour de bon. Et si cette explication vous fais rire, méfiez-vous: cette remarque dénuée de compassion et de compréhension pourrait bien être un motif de rupture !

Le moment où on se retient de te balancer un truc à la tronche pour avoir osé dire ça.
Crédit: Giphy.com

- Dire "ce n'est pas grave, l'important c'est de participer" après un échec en concours. Donc ça fait des mois qu'on se prépare, qu'on répète et re-répète, qu'on s’entraîne par tous les temps, on s'est levé à 4h ce matin, on s'est tué les mains à pionter, on a bataillé avec Pompom qui ne voulait pas monter dans le van, on a marché en crabe toute la matinée pour éviter toutes les flaques de boues mortelles pour le pantalon blanc, on a tenu bon et serré les fesses malgré l'envie pressante deux minutes avant de rentrer dans la carrière; tous ces efforts ont été gâchés en 2 minutes et CE N'EST PAS GRAVE ?!

- Hurler au bord de la carrière pour nous encourager. Oui je sais, au foot ça se fait. Mais pas à l'équitation. 1) Tu te tapes la honte 2) je me tape la honte 3) tu me déconcentres 4) j'ai mangé le sable car Pompom a faillit faire une crise cardiaque et a préféré fuir devant tes hurlements stridents. Donc, le mieux est de se contenter de croiser les doigts. 

Mais merci de vouloir aider - Crédit: Giphy.com


Sur les réseaux sociaux

(Famille et amis qui se liguent contre toi)

- Commenter sous nos photos d'équitation "J'adore le cheval... dans mon assiette" ou "Hum un bon steack". Alerte, beauf repéré ! Catalogué direct comme lourd et pas drôle, désolé mais il n'y a plus de retour en arrière possible après ça...

- Nous taguer sur toutes les photos ultra kitsch de chevaux galopant dans la nature ou sur toutes les annonces de chevaux à sauver de la boucherie. Les photos kitsch, ça nous fait sourire les premières fois et les plus gentilles d'entre nous prennent même le temps de commenter ! Mais à la longue, je peux vous l'avouer: on ne va même plus regarder, on clique juste sur la notification pour la marquer comme lue. Car les photos hyper photoshopées et mises en scène, c'est comme les mannequins ultra refaits: ça va bien deux minutes. Quant aux annonces de chevaux à sauver, nous marquer sur toutes celles que vous voyez comme si on était la Wonderwoman du cheval... Si déjà on avait les moyens d'entretenir une oreille de poney... On veut bien les sauver tous, mais à condition de les mettre dans votre jardin. Comment ça c'est pas possible ? Vous n'avez pas de cœur ?!

Pourquoi faites-vous cela ? Qui êtes-vous ? - Crédit: Giphy.com

- Nous inviter à aimer toutes les pages type "Le cheval c'est trop génial". C'est exactement comme les invitations aux jeux Facebook: LE PROCHAIN QUI ME SPAM ENCORE D'INVITATIONS JE LUI FAIT BOUFFER SON CLAVIER !! Oui, ça rend très agressif.



Note à notre entourage: on vous aime quand même hein, mais maintenant, vous êtes prévenus ! A partager sans modération et n'hésitez pas à ajouter en commentaires vos propres conseils !
Je sais, merci  - Crédit: Giphy.com




9 oct. 2015

Le cheval: un animal de travail ?

Dans la continuité du précédent article, je voudrais poursuivre le questionnement sur la passion qui nous guide et le rapport au cheval que nous entretenons. Si dernièrement je vous parlais d'une différence de passion qui peut faire préférer le sport à l'animal, ce qui est (à mes yeux) acceptable tant que l'intégrité du cheval et ses besoins naturels sont respectés, je voudrais cette fois me pencher sur l'autre extrême: les gens qui aiment l'animal avant tout et ne le montent pas, voire ne lui demandent rien. Ce cas de figure fait poser une question essentielle sur le cheval: est-il encore et toujours un animal envisagé comme "de travail" uniquement ?

En tant que cavaliers, nous exploitons les compétences de nos chevaux: nous leur demandons un travail sur eux-mêmes pour accepter un cavalier sur leur dos, pour s'adapter à un environnement qui est en principe stressant pour eux, nous leur demandons un travail physique en leur faisant exécuter des mouvements qu'ils ne feraient que rarement de leur propre chef... Nous sommes donc toujours entrain de les faire travailler et il semble communément admis qu'il doit en être ainsi; un cheval doit travailler pour être ensuite vendu, pour le bon plaisir de son cavalier, pour rapporter de l'argent ou du prestige, ou pour gagner sa place dans la société (un cheval de trait qui ne travaille est souvent destiné au couteau par exemple). Combien de fois entend-t-on dire qu'il serait dommage de gâcher tel cheval en ne l'exploitant pas, à cause de ses origines ou de ses compétences extraordinaires ? Combien de cavaliers se sentent coupables de ne pas travailler leurs chevaux (cause vacances, santé, manque de temps) quand bien même ceux-ci sont au pré en troupeau ? 

Nous nous éloignons parfois de l'animal lui-même pour ne plus l'envisager que sous l'angle donné par la société. Le cheval était historiquement un animal de travail, devenu désormais un loisir, mais un loisir actif à tout prix ! Seuls les chevaux retraités ou handicapés semblent avoir ce passe-droit de ne pas ou plus travailler. Si un jeune cheval en parfaite santé est utilisé pour de la simple compagnie, la question "pourquoi tu ne le montes pas ?" sera toujours posée, l'incrédulité sera de mise et quelqu'un sera toujours là pour dire que c'est "dommage". Dommage pour qui ?

Cavalier sans équitation. Equipiéton. Ne pas monter à cheval.
Partager, à pied, sans rien demander en retour: une utopie ?

Bien des personnes trouvent leur compte en ne montant pas et ne sont pas moins des hommes et des femmes de chevaux que les cavaliers classiques, leurs connaissances de l'animal ne sont pas moins étendues et ils ne sont en aucun cas moins légitimes. J'ai souvent entendu des gens autour de moi dire "j'aime les chevaux mais monter dessus ne m'intéresse pas". Pour autant, ces mêmes personnes ne côtoient aucun équidé. Pourquoi ? Parce qu'aucun lieu existant n'est adapté à cette relation avec le cheval. Dans un club, il faut monter. Personne ne propose de venir s'occuper à pied de chevaux, que ce soit simplement pour les caresser, pour se balader, les nourrir, les soigner ou pousser plus loin et "travailler" (on y revient), mais toujours à pied. Pourtant, je suis sûre que le niveau de bien-être des chevaux de club augmenterait si on accueillait une telle clientèle (souvent appelée "équi-piétons"), qui trouve sa satisfaction dans le simple contact avec l'animal, sans rien exiger de lui en retour.

Après tout, combien sommes-nous à posséder des chats, animaux auxquels on demande simplement de nous tenir compagnie et qui nous remplissent de plaisir juste en les regardant vivre et en partageant quelques instants de complicité ? Pourquoi envisager le cheval sous le même angle est-il tabou ? Pourquoi ces "cavaliers à pied" sont-ils encore dévalorisés ou si peu mis en lumière ? Les bienfaits des contacts avec les chevaux sont prouvés, alors pourquoi se satisfaire de cela ne serait "pas assez" ? Et nous, cavaliers, ne perdons-nous pas parfois de vue que l'animal existe en dehors du travail ? Prenons-nous encore le temps de les voir évoluer et de créer cette connexion particulière qui existe entre deux êtres qui n'attendent rien l'un de l'autre mais sont prêts à partager ? 














.............................................A lire aussi sur le blog..............................................