8 juin 2015

Faire travailler son cheval par un pro ?

J'ai eu la chance de monter dernièrement une jument fort agréable car dressée au poil, fine dans les aides et avec du sang comme il faut. Etant au box, elle est sortie régulièrement par la coach des écuries lorsque sa proprio est absente. J'en suis venue à me dire que si la jument est aussi agréable sous la selle, c'est peut-être en partie grâce au fait qu'elle est travaillée régulièrement par une "pro" (au sens de cavalier vraiment confirmé et/ou avec le titre de professionnel). Moi qui imaginais que le jour où j'aurais un cheval, je serais la seule et l'unique à poser mes fesses dessus (pour me venger de ces années à baver devant les autres, maturité 0) et qui ne voyais pas l'intérêt de faire travailler son cheval par un pro si pas d'objectif concours ou de vente, je change d'avis...



Pourquoi faire travailler son cheval par un pro ?


La réflexion peut paraître simple au premier abord, mais en regardant les proprios autour de moi, je m'aperçois que si la plupart continuent à prendre des cours (à un rythme allant d'une fois par semaine à une fois tous les 36 du mois), une poignée évolue seule et une partie seulement fait monter son cheval par son coach ou un pro. Et souvent, c'est seulement vu comme un dépannage pour que le cheval ne fasse pas placard (on avait bien dit de le mettre au pré) plutôt que comme une séance entrant dans un véritable objectif de travail et de progression.

Pourtant, si on y réfléchit bien, il semble logique pour que le couple progresse que le cavalier ET le cheval prennent des cours ! D'autant que les blocages du cheval sont majoritairement dus à son cavalier: être monté par quelqu'un de plus expert ne peut qu'être bénéfique. Se concentrer sur les blocages du cavalier d'un côté, sur les blocages du cheval d'un autre et enfin sur l'harmonie du couple semble être l'équation idéale. Plus concrètement, faire travailler son cheval par un professionnel permet de nombreux bénéfices:


  • Pouvoir se dégager du temps pour soi sans négliger le travail de son cheval: même en notre absence, il reste en forme et continue à progresser, grâce à l'assurance qu'il est travaillé dans le bon sens (si le cavalier est vraiment un pro, mais on y reviendra).
  • En apprendre plus sur son cheval en le regardant travailler: on apprend beaucoup de choses grâce à l'observation. Se retrouver à pied sans être occupé à longer, soigner ou autre, peut être l'occasion d'observer dans le détail la locomotion de son cheval, les signaux de contraction ou décontraction qu'il envoie etc. C'est le moment de redécouvrir son cheval en le voyant évoluer dans le bon sens (d'où l'intérêt de ne pas le faire monter par son voisin ou son pote, mais bien par un pro). De plus, le coach ou le pro pourra vous donner en direct ses sensations, indiquer quand le cheval a l'attitude à rechercher et vous pourrez de votre côté enregistrer dans un coin de votre tête cette attitude et comment fait le coach pour l'obtenir. Enfin, il est toujours plus facile pour un coach de conseiller un cavalier en connaissant son cheval et ses réelles capacités sous la selle. 
  • Permettre à son cheval de varier ses séances: si vous êtes un cavalier essentiellement calé en obstacle ou en dressage, un pro pourra intervenir de façon complémentaire en travaillant la discipline que vous maîtrisez le moins. Cela permettra à votre cheval d'avoir un programme de travail complet, une musculature développée de façon équilibrée (ce ne sont pas les mêmes efforts demandés pour sauter ou dresser), des séances variées pour ne pas le blaser et d'en faire une monture polyvalente.
  • Régler des problèmes en particulier: si vous vous retrouvez en conflit avec votre cheval, il peut être bien de travailler quelques temps séparément et que quelqu'un remette votre équidé sur les rails. Incompréhensions sur incompréhensions, le cheval peut ne plus savoir ce qu'on attend de lui, perdre confiance en son cavalier qu'il ne comprend plus, profiter des failles qu'il a trouvé chez lui... Là encore, il est utile de faire travailler le cavalier comme le cheval pour les remettre en route tous les deux.
  • Faire progresser son cheval: tout simplement. Il faut parfois admettre qu'on n'a pas le niveau pour amener son cheval plus haut ou qu'il a besoin d'un cavalier plus perfectionné pour améliorer sa précision et sa finesse. Il est tout à fait possible de progresser juste en prenant des cours pour soi, mais un pro qui monte sur un cheval peut être un coup d'accélérateur, surtout en ce qui concerne les jeunes chevaux (qui, là, ont carrément besoin qu'on leur apprenne de nouvelles aides). Pour ceux plus âgés, le pro peut intervenir de temps en temps pour vérifier que le cheval ne profite pas des imprécisions de son propriétaire, des mauvaises habitudes prises avec le temps et qu'il reste toujours à l'écoute.

Faire appel à un cavalier professionnel.
Pourquoi le cheval ne prendrait-il pas des cours lui-aussi ? - Crédit: lesecuriesdutriskel.wifeo.com



Avant de confier votre cheval à un pro...


Avant de parler à son coach ou de contacter un professionnel, il est donc primordial de mettre son ego de côté. Eh oui, à moins de vous appeler Michel Robert ou Charlotte Dujardin, vous n'avez pas la science infuse et cela peut être bon de passer la main de temps à d'autres. Vous ne pourrez plus vous vanter d'avoir fait votre cheval tout seul après avoir opté pour cette solution.

Si on peut avoir la conviction que son cheval n'en a pas besoin, je pense néanmoins que cela reste bénéfique à tout âge: pour le jeune en formation qui a besoin de précision, pour le cheval au travail qui a besoin de rappel à l'ordre, pour le pré-retraité qui a besoin d'être entretenu en douceur. Car le pro auquel vous ferez appel doit être plus fin, plus juste, plus léger, plus discret en selle et plus expérimenté que vous, sinon il n'y a pas de bénéfice.

C'est pour ça qu'il est important de prendre son temps pour choisir la personne qui montera votre cheval et qu'elle n'ait pas de professionnel que le titre. Il est primordial de sélectionner la personne selon sa méthode de travail: soit c'est une méthode qui vous plait et que vous pouvez potentiellement adopter, soit c'est la même que la vôtre, ce qui simplifie les choses pour votre cheval qui restera aux mêmes boutons. Enfin, une chose à ne jamais négliger; le feeling. Si vous vous entendez bien avec votre coach/pro, vous vous sentirez plus en confiance pour lui confier votre cheval et plus libre de lui poser des questions. Et en retour il sera plus enclin à vous faire des comptes-rendus de ses séances. L'entente, la confiance et le dialogue sont nécessaires pour créer une bonne dynamique à trois.

Enfin, pour que le travail sur votre cheval soit efficace, le coach/pro devra être à l'écoute de son élève à sabots, mais aussi à la vôtre ! Il devra prendre en compte dans son travail le niveau et les capacités physiques du cheval, ainsi que son avenir et les objectifs du couple. On ne fera pas un travail aussi poussé et on ne sera pas aussi exigeant pour un cheval destiné au loisir que pour un cheval destiné au dressage de haut niveau. De même, on n'exigera pas d'un frison d’enchaîner 1m20 parfaitement et d'un cheval arthrosique de tenir un marathon. Le cheval devra également être travaillé en accord avec le niveau de son propriétaire. Rendre le cheval si fin qu'il répond au souffle de la botte, c'est bien, mais s'il en devient incapable de supporter la moindre erreur ou maladresse de son propriétaire au niveau lambda, c'est moins bien. Cela n'en fera pas un mauvais cheval, seulement un cheval qui n'est plus adapté au niveau de son propriétaire.



Le dernier mot Jean-Pierre...


Un cavalier et son cheval forment un couple. Mais avant d'être bien en couple, il faut être bien avec soi-même (c'est aussi valable pour les couples amoureux ça. Je fais courrier du coeur à mes heures perdues). Le cavalier peut donc avoir besoin de travailler avec un autre cheval ou de prendre des cours où l'on se concentre sur lui, et le cheval de son côté peut également avoir besoin d'être monté par quelqu'un d'autre qui s'attachera à régler ses problèmes particuliers (physiques ou de comportement), sans lui ajouter des difficultés dues à une monte/un comportement (car le travail peut se faire aussi à pied) imprécis.

Dans tous les cas, faire travailler son cheval par un pro de temps à autre n'est pas une obligation mais peut être une piste à explorer pour améliorer et varier le travail. D'autant que cela peut être une source énorme de fierté de voir son cheval évoluer de façon impeccable sous la selle d'un autre et voir des années de travail récompensées par son bon comportement et les compliments du pro.














.............................................A lire aussi sur le blog..............................................



12 commentaires:

  1. Ouais... dommage que ça coûte si cher... où quand le cheval vit au pré et que ça doit potentiellement faire ch*** ledit pro d'aller courir dans les champs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut être là le jour J: comme ça tu prépares et en plus tu regardes comment se comporte Loustic :p J'avoue que je serais hyper curieuse de le voir sous la selle de Brice...

      Pour le coût, si c'est le même qu'un cours, faut diviser son budget à parts égales 1 cours pour le cavalier / 1 pour le cheval.

      Supprimer
  2. Totalement d'accord avec ton résonnement à partir du moment ou l'on trouve "la" personne idéale, ce qui ne doit pas être toujours aisé et faire mal au portefeuille!
    Et puis, surtout pour un cheval en boxe, plus souvent il en sortira et pourra se dépenser, et plus il sera facile et disposer à "travailler".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le budget, ça se réfléchit, ça s'anticipe mais par contre trouver la bonne personne, effectivement je pense que c'est pas le plus simple...

      Par contre être travaillé par quelqu'un d'autre et sortit tous les jours, pour moi ça devrait (dans l'idéal) être en complément des sorties au pré/paddock. Pour avoir un cheval dispo, le laisser se défouler dehors c'est aussi diablement efficace et indispensable au cheval !

      Supprimer
  3. Complètement d'accord avec toi, faire monter son cheval par un "vrai" pro est un plus indéniable. Après, reste, comme l'a souligné Priscillia, le problème de l'argent. Quand on a les moyens, il ne faut pas hésiter !
    En mon fort intérieur, je me dis toujours que Presto serait vraiment chouette à voir sous la selle d'un "super rider" qui mettrait encore plus en avant toutes ses qualités... Même si je serais un peu jalouse lol ^^. Mais ça me donnerait encore plus la motivation de travailler pour arriver à faire - presque - la même chose que le pro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se sentir nul parfois, ça a du bon :p
      Effectivement, je pense que ce serait un peu décourageant de voir ma DP aussi se transformer en cheval prêt pour St George sous la selle d'un pro alors que je galère toujours à avoir juste des cessions bien propres ! ^^

      Mais d'un autre côté, ça révèle les capacités de nos chevaux donc ça incite à se mettre un coup de botte aux fesses !

      Supprimer
  4. Article très intéressant !

    Ps: c'est Charlotte Dujardin ;-)

    RépondreSupprimer
  5. j'aime beaucoup ton article, tu rentres dans les détails et évoque plusieurs point de vue car effectivement il n'y a pas que pour le cavalier que c'est bénéfique, j'aime bien cette façon de penser que "le cheval peut prendre des cours tout seul" ;) on ne pense pas souvent à cet interet quand on réfléchit à ça.
    En revanche, Alexandra Dujardin ne serait pas plutôt Charlotte Dujardin :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez l'oeil dis donc ! J'invente de nouvelles stars du dressage :p

      Je n'y avais jamais pensé non plus jusqu'au jour où je me suis vraiment demandée pourquoi certains ne se content pas de prendre des cours mais font monter leurs chevaux. Suffit de se poser des questions toutes bêtes parfois :)

      Supprimer
  6. Je ne crois pas avoir déjà lu cet article (fan indigne !!!), mais je l'ai trouvé passionnant ! Encore une fois, je me retrouve "en toi" : j'ai aussi toujours dit que quand j'aurai un cheval, je le "travaillerai" seule.
    Mais depuis que je monte Prince, même s'il est également monté en club et en balades touristiques, je suis partagée. Parfois, j'aimerais trouver quelqu'un qui monte super bien et qui le travaille de temps en temps, ne serait-ce que pour avoir l'avis d'un pro (en dehors de son propriétaire/mon moniteur, qui le monte peu).

    Mais les rares fois ou j'ai vu quelqu'un arriver à quelque chose que je n'arrive pas à faire avec lui, j'avoue, j'étais morte de jalousie :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah je te pardonne ;)

      Mon côté possessif et le fait de réaliser ENFIN mon rêve me fait toujours crier en moi que le jour où j'aurais MON cheval personne n'y touchera et comme tu dis, je m'étoufferais de jalousie de voir quelqu'un mieux le monter... Mais je me dit que le côté mère poule me fera aussi penser "ah qu'est-ce qu'il est beau mon cheval, et comme il est exemplaire même avec les autres".

      Et puis la curiosité et l'envie de bien faire me pousserons je pense à le faire quand même. Que quelqu'un monte mieux que nous ne nous rabaisse pas pour autant, c'est bien d'être conscient de ces limites et la relation qu'on entretient avec son cheval est le plus important et ça, personne ne peut le remettre en question en quelques cours :)

      Supprimer