14 mai 2015

Les muserolles: claquons le bec aux préjugés.

Pendant longtemps il a semblé que les "objets de torture" number one en équitation étaient la cravache et les éperons. Pourtant, depuis quelques années, les dérives et la mauvaise utilisation  de la muserolle sont en passe de détrôner toute autre aide artificielle ou enrênement pour en faire l'ennemi public numéro un. A tort ou à raison ? Comme d'habitude, faisons le tour de la question !



La muserolle: un outil de contrainte par définition ?


De façon logique, lorsque les hommes ont commencé à utiliser les chevaux pour le transport et le travail, le mors n'existait pas. Pour diriger les équidés, on se servait donc d'ennasures de type licol ou bitless. Mais puisqu'on n'avait pas encore cette miraculeuse barre de métal pour soumettre les plus fougueux, comment procédait-on ? Grâce à la muserolle ! Plus ou ou moins serrée, plus ou moins placée haute, elle permettait de garder la bouche du cheval bien close et d'appuyer au choix sur des points sensibles du chanfrein, du bout du nez, des apophyses zygomatiques ou de comprimer les naseaux et couper la respiration. Autant de techniques douloureuses ou inconfortables qui permettaient d'avoir un moyen d'action et de contrainte sur le cheval.

La muserolle à son origine n'était donc pas utilisée de façon tendre, mais cela était également lié à l'époque: le cheval était un "objet utilitaire" avant tout. Quand l'art équestre a commencé à se développer il y a 1000 ans, d'autres techniques ont été inventées pour contrôler des chevaux devenus plus puissants grâce aux croisements et à la sélection des races :
  • Des muserolles dentelées à l'intérieur, qui produisaient un effet abaisseur,
  • Des muserolles coulissantes reliées aux rênes, qui se resserraient quand on tirait dessus,
  • Des muserolles au système semblable à celui d'une gourmette.
La muserolle est un outil historique coercitif.
Des ennasures sans mors - Crédit: wikipédia

Mais lorsque le mors a fait son apparition, c'est sur lui que ce sont désormais concentrés les efforts pour innover, augmenter ou abaisser la sévérité, la précision et le niveau de contrôle des harnachements et la muserolle est redevenue dans la plupart des utilisations une simple lanière de cuir. A cette époque, vers le 17ème siècle, elle pouvait presque être qualifiée de décorative: on remarque d'ailleurs qu'aucun écrit de grands maîtres ne s'est jamais intéressé à la muserolle alors que les différentes pièces de l'équipement du cheval étaient, elles, très détaillées suivant leur utilisation et leur effet...?

Cette situation n'a bien sûr pas durée car en matière d'équipement, nous sommes en perpétuelle recherche d'amélioration et d'évolution. Après avoir été un instrument de contrainte très dur, puis une pièce quasi inutile, un juste milieu a été trouvé avec le développement des différentes muserolles modernes. Donc si la muserolle était bel et bien un outil coercitif à son origine, sa dureté dépend de nos jours principalement  de la main qui la manie (comme avec n'importe quel équipement).



Les principaux types de muserolles modernes


Ce qui diffère entre les différentes muserolles, ce sont les points de pression, les zones où elles agissent et leur précision. A savoir que plus la muserolle est positionnée près du mors, plus elle en récupère la pression. Les quatre modèles plus courants sont: 

  • La muserolle allemande
Inventée au 19ème siècle, elle devint très vite populaire, au point qu'elle fut intégrée au harnachement traditionnel de l'Ecole Espagnole de Vienne. Aujourd'hui, on la croise de plus en plus rarement, ce qui est sûrement dû au fait que c'est une muserolle très sévère et difficile à régler correctement. Le fait qu'elle passe sous le mors peut interférer avec l'action de ce dernier et mal réglée, elle peut carrément créer des zones de pression dessus. De plus, cette muserolle bloque complètement l'ouverture de la bouche et de la mâchoire et impose un appui constant du mors contre la commissure des lèvres dès qu'elle est trop ajustée.

Muserolle allemande - Crédit: sellerie-chatel.com


  • La muserolle française
Elle se règle deux doigts sous l'apophyse zygomatique. Son action est l'inverse de la muserolle allemande: placée haute, elle agit sur le haut du chanfrein et de la bouche. Sa position et sa simplicité font d'elle la muserolle la moins précise en matière de maintien du mors à sa place.

Muserolle française - Crédit: twenga.fr

  • La muserolle combinée
Vers la fin 20ème siècle, c'est elle qui a pris la suite de la muserolle allemande dont elle reprend en partie l'action: en effet, la muserolle combinée est une muserolle française à laquelle on rajoute une lanière appelée noseband, qui se règle comme la muserolle allemande. L'effet combiné permet de mieux répartir les pressions et le noseband permet de garder le mors bien droit dans la bouche du cheval. Cette muserolle a une action principalement sur la partie basse du chanfrein.

Muserolle combinée - Crédit: horse2me.com

  • La muserolle croisée
Popularisée par le milieu du jumping, on en voit que très peu en dressage. Cette muserolle qui dessine une croix sur le chanfrein a une action très étenduela partie du haut agit sur le nez, et la partie du bas supporte la mâchoire inférieure. Il est indispensable qu'elle ne comprime pas les ganaches ni les naseaux.

Muserolle croisée - Crédit: mon-cheval.fr



Comment choisir sa muserolle, la régler et pourquoi l'utiliser


Chaque muserolle a donc sa propre façon d'agir mais toutes ont les mêmes fonctions, qu'il est utile de rappeler. Une muserolle sert à:

  • Stabiliser le filet sur la tête du cheval,
  • Maintenir le mors bien droit et à sa place dans la bouche du cheval,
  • Empêcher le cheval d'ouvrir trop grand la bouche pour se soustraire aux actions du mors.

On en revient donc quand même à la fonction de "fermeture de bouche". Mais cette notion n'est pas forcément nocive et un moyen de faire taire les chevaux comme on essaye de nous le faire croire. Quand elle est bien réglée, la muserolle est un simple outil pour encadrer le cheval, qui n'a aucun effet si celui-ci se comporte normalement (c'est-à-dire, garde sa bouche fermée mais détendue ou mâchonne, comme tout cheval au travail). Elle permettra seulement d'éviter ou de faire passer  de mauvaises habitudes, comme celle de passer la langue par-dessus le mors par exemple. C'est aussi une sécurité, un moyen de plus d'agir sur un cheval qui prendrait le mors aux dents. Enfin, lors du débourrage, la muserolle est un véritable outil d'apprentissage qui indique la marche à suivre au cheval en formation. Un jeune cheval cherchera forcément à se débarrasser du mors et de son action en ouvrant grand la bouche: se faisant, la muserolle appuiera sur des points du chanfrein ou de la bouche, créant un inconfort. Le cheval comprendra donc qu'en cédant et en limitant l'ouverture de sa bouche, la pression disparaît.

Mais tous ces effets positifs ou sécuritaires ne sont valables que si la muserolle est bien ajustée ! Pour cela, il faut la choisir en fonction de:
  • La morphologie de son cheval,
  • L'effet que l'on souhaite rechercher (suivant le problème que présente le cheval, on choisira une muserolle qui agit à cet endroit).

La muserolle mal utilisée.
Aucun rembourrage ne compensera le fait de museler son cheval...
Credit: cheval-savoir.com

Puis, le moment du réglage est vraiment primordial car il faut savoir que:
  • Un cheval qui ne peut mastiquer contracte ses mâchoires et donc la bouche, la nuque et tout le reste. Impossible donc de travailler correctement. Cette contraction des mâchoires est révélée bien souvent par des grincements de dents.
  • L'os et le cartilage nasal sur lesquels passe la muserolle sont des os sensibles, surtout vers les naseaux.
  • Deux nerfs importants passent à l'endroit où l'on boucle la muserolle: là où passe la française et la où passe le noseband, à la jonction du menton et de l'auge. Si l'on écrase ces nerfs, on provoque une vive douleur pour le cheval.
En pratique, une muserolle bien réglée ne doit JAMAIS empêcher le cheval de mastiquer: il doit pouvoir brouter ou manger un bonbon en fin de séance sans difficulté. Pour vérifier cela au moment où vous l'ajustez, il suffit de passer deux doigts à plat en dessous: si vous y arrivez, votre muserolle est correctement mise.



Le dernier mot Jean-Pierre...


Cette diabolisation de la muserolle que l'on voit se répandre de plus en plus amène beaucoup de cavaliers à condamner son utilisation ou à se demander s'ils sont des tortionnaires en continuant de l'utiliser. La réponse est NON tant que la muserolle ne devient pas une muselière !

Une muserolle trop serrée est un acte de barbarie et cette dérive cache toujours un problème profond: niveau d'équitation faible que l'on tente de masquer en soumettant son cheval, main trop sévère qui amène le cheval à se défendre systématiquement et le cavalier à lui clouer le bec pour être tranquille, cheval mal éduqué au mors... Si vous ressentez le besoin de serrer votre muserolle, il est temps de vous remettre en question et de régler le problème de fond. Elle ne doit être là qu'à titre préventif uniquement, car il faut se rappeler qu'un bon cheval et un bon cavalier peuvent s'en passer (on perd simplement l'effet ajustement du mors dans la bouche, mais qui est par exemple presque absent avec une muserolle française).















.................................................Pour aller plus loin.................................................



.............................................A lire aussi sur le blog..............................................

10 mai 2015

La Cavalcade des blogs, 18ème édition.

Ce mois-ci, j'ai l'honneur d'accueillir sur mon blog la Cavalcade des blogs ! Mais commençons par le commencement: qu'est-ce que c'est que ce festival ? C'est un grand rassemblement inter-blogueur qui existe depuis décembre 2013. Le principe est simple: chaque mois, un blogueur décide d’accueillir la Cavalcade sur son site et choisis un thème sur lequel les participants devront écrire. Le sujet doit bien sûr être dédié aux animaux en général et aux équidés en particuliers, sous l'angle du travail, de la relation que nous entretenons avec, de la nature, du partage d'expérience... Un événement sympa qui permet de voyager de blogs en blogs mais aussi de voyager tout court grâce aux écrits de chacun.





Le thème de la 18ème édition est...


*Roulements de tambour*... votre défi équestre ! Je m'explique: ayant décidé de prendre en charge cette édition un peu au pied levé, j'ai été victime du syndrome de la page blanche jusqu'au dernier moment. Aucun sujet sympa ne me venait, cette Cavalcade des blogs est alors devenue un vrai défi pour moi. Ce qui m'a fait également pensé au défi que je me suis lancée il y a peu: ressortir en concours de saut d'obstacle ! Eh oui, il n'y a pas que les chevaux qui peuvent être plantés, les cavaliers aussi. Suite à deux mauvaises expériences (sur trois, oui mes débuts en compétition furent brefs et désastreux), j'ai totalement abandonné l'idée de devenir compétitrice. Mon problème: une très mauvaise gestion du stress qui me fait oublier mon parcours. Quand on vous confie le poney qualiteux que tout le monde voulait et que vous gâchez votre tour en étant éliminé pour avoir sauté le mauvais obstacle, puis quand des années après vous retentez et vous vous perdez sur votre tour au point que tout le monde est obligé de vous hurler le parcours (tout ça pris en vidéo bien sûr avec les commentaires "bah ? Mais qu'est-ce qu'elle fait ?", sinon c'est pas drôle), si la honte ne vous a pas étouffée, vous décidez sagement d'arrêter les frais. Seulement, les années ont passé, les échecs semblent moins cuisants, l'envie revient et j'ai la chance d'avoir maintenant un top cheval d'obstacle et une coach prête à me remettre en route. Le travail dans ce sens a déjà commencé. Donc, avant la fin de l'été, je dois relever le défi de m'engager sur un tour !

Que la force soit avec nous !

Et vous, quel est le défi équestre le plus grand / plus drôle / plus marquant que vous avez relevé / que vous vous êtes lancés ? Monter sans filet, faire un raid au fin fond de la pampa, faire une cure de désintox' de l'équitation en arrêtant de monter X temps, monter le fou furieux du club...? 



A vous de jouer !


Vous avez jusqu'au 10 juin à minuit pour écrire votre article de participation et me le signaler.
  • Si vous avez un blog, publiez votre article et envoyez-moi le lien par mail ou dans les commentaires ci-dessous.
  • Si vous n'avez pas de blog, envoyez-moi votre article par mail (kaaryline@gmail.com) et je le publierai en votre nom ici.

Il y a quelques règles à respecter toutefois. Votre article doit être:
  • de nature non commerciale
  • original (il ne doit pas avoir été publié sur d’autres blogs, en d’autres terme : pas de « copier coller », car cela n’intéresse personne !)
  • de qualité
  • nouveau (publié pendant l’événement, et pas avant)
  • dans le sujet du thème annoncé
  • doit contenir au minimum 400 mots et être rédigé en français (si possible, par pitié, sans faute d’orthographe !)
  • doit faire apparaître le logo de la Cavalcade des blogs
  • doit inclure un lien vers cet article de lancement, un lien vers le blog La Crinière Blonde, et un lien vers le blog de l’organisateur du festival, Cheval-Facile


Alors, relèverez-vous ce défi ?