13 avr. 2015

Faire de l'équitation quand on est fauché...

"L'équitation est un sport de riches". Oui. Mais il manque une partie à la citation: "... pratiqué essentiellement par des pauvres". Parce qu'on ne va pas se mentir, la moitié d'entre nous est obligée de se saigner pour faire vivre son cheval dans des conditions décentes et pourrait partir aux Bahamas chaque été en mettant de côté la somme dépensée tous les mois pour Pompom. Mais si vous en êtes à ce stade, c'est que vous avez déjà la chance d'être propriétaire (et ça rime avec "à découvert" !). Il y a les autres, les pauvres cavaliers - dans tous les sens du terme - qui ne peuvent pas s'offrir ce luxe. Ni même celui de se payer des concours. Ou juste des cours (coucou !). Alors comment on fait pour avoir sa dose d'équitation (car évidemment, il est impensable de tout simplement s'en passer) et  pour essayer de progresser quand on est fauché ?



Taper papa/maman pour qu'ils payent les cours


Les menacer de fuguer, se mettre à sécher les cours, fumer des bédos pour les convaincre de vous laisser monter à cheval car de cette manière, vous n'aurez plus jamais le temps de faire toutes ces conneries... Non bien évidemment je rigole ! Pour monter à cheval, pas de bon plan miracle à part les habituels: parents qui payent - job d'été pour payer l'année - coup de main à l'écurie contre cours - monter dans un élevage si on est bon.

Comment se payer des cours d'équitation quand on est pauvre.
"Papa, je veux un autre poney" - Crédit - Tumblr.com


Proposer ses services aux copains proprios


Ces petits bourges qui ont déjà un cheval et qui se plaignent que ça prend trop de temps...* Wow wow on remballe la jalousie ! Et au contraire, on propose gentiment de dépanner les potes et connaissances pour sortir leur cheval quand ils ne sont pas disponibles. Même si ça se résume à un brossage et faire un tour en main, parfois il n'en faut pas plus pour combler son besoin de contact équin. Et même à pied, on peut apprendre un tas de choses: établir une mini complicité avec le cheval si ça se produit régulièrement, observer son comportement et l'analyser, lui faire des soins nouveaux, en profiter pour rencontrer d'autres cavaliers et échanger, observer la vie à l'écurie...


Prendre un abonnement chez Décathlon


Oui, je suis une pub ambulante pour la marque Fouganza. Pas de GPA dans mon casier ou de bottes en écailles vernies. L'équitation a pour réputation d'être un sport d'élégance et de raffinement, ce qui fait la part belle aux grandes marques, mais il faut avouer qu'à la fin du mois on est bien content de retrouver la petite marque de Décathlon. Parce que oui, Fouganza fait bien le job, à moindre prix et on est loin désormais de la botte en caoutchouc rigide qui fait flop flop à chaque pas. Et puis de toute manière, quand Pompom t'as déchiré pour la 2ème fois ta couverture à 100 balles ou encore paumé une guêtre à 60 €, tu deviens vite moins regardant.

Pantalon d'équitation Fouganza, bottines lacées Fouganza, bombe Fouganza.
Pantalon Fouganza 1er prix, bottines lacées Fouganza, bombe Fouganza.
Et ouais.

Mais une fois j'ai craqué mon slip et j'ai acheté des chaps Eric Thomas. Trop une ouf.



Lire tout mais pas n'importe quoi


Pas la composition de votre shampoing quand vous êtes au toilettes et qu'il n'y a plus de magazines à lire, non. Plusieurs types de lectures sont à la portée de toutes les bourses:
  • Des livres: ce sont les lectures les plus organisées, les plus savantes et qui vous permettent de cibler des thèmes précis. Les livres les plus chers sont souvent plus longs et complets, ils peuvent donc occuper pendant plusieurs mois (entre la lecture et l'application). Ça vaut alors le coup d'investir 20 à 30€ sachant que c'est parfois le coût d'un seul cours en club !
  • Des magazines: qui regorgent de sujets d'actualité pour avoir une vraie culture équestre et être au fait des dernières nouveautés et avancées en matière d'équitation et de soin du cheval. Et parallèlement, les magazines abordent aussi des sujets non-savants mais pourtant très intéressants et divertissants.
  • Des blogs et autres sites: pour ceux qui sont vraiment radins ou ric rac, on a inventé une chose merveilleuse qui s'appelle Internet et qui regorge de milliers d'informations en accès illimité et gratuit (une fois ta connexion payée bien sûr, sauf si tu hack celle de ton voisin). Alors oui le blog qui vous raconte que Marie a emmené Mirabelle en balade et que c'était troooop génial vous apportera pas grand chose. Mais sur le net, on trouve aussi des petites merveilles comme celles dans ma blogroll, toutes rédigées par des personnes expérimentées, ou des blogs comme, tiens, celui-ci (quelle coïncidence !) où des gens essayent en toute simplicité (et en toute modestie) de partager leurs découvertes. Le tout est de savoir fouiner, trouver les bons sites et savoir prendre du recul pour en prendre et en laisser.

Regarder les cours des autres


Oui, ça fait un peu labrador qui bave en regardant son maître manger du pâté.
Regarder les cours d'équitation des autres pour apprendre.
Pas de regard trop insistant, c'est un peu gênant - Crédit: Giphy.com
Mais on apprend énormément en regardant les autres monter ! On exerce son œil pour apprendre à repérer les indicateurs d'un travail juste. On apprend de nouveaux exercices. On tend l'oreille pour entendre les conseils du moniteur et on fait particulièrement attention quand on repère un cavalier qui a les mêmes défauts que nous pour savoir comment il les corrige. En bref, on enregistre tout un tas d'informations visuelles et auditives en étant installé sur sa chaise longue le long de la carrière: que demande le peuple ?


Regarder des vidéos


Pour les élus qui ont Equidia, pas la peine de venir nous narguer, merci. Pour les autres, il n'y a pas Mastercard mais notre ami Youtube et ses copains (Dailymotion & cie). On peut trouver tout un tas de vidéos d'exercices dans toutes les disciplines: bonnes ou mauvaises, il y a toujours une leçon à en tirer ou des éléments desquels s'inspirer. Il ne vous reste plus qu'à vous abonner à quelques chaînes ou par procéder par mots-clés de recherche. Vous aurez ainsi l'illustration en mouvement de ce que vous aurez pu lire précédemment, ce qui vous permettra également de mieux comprendre certaines descriptions un peu complexe ("mettre la jambe intérieure à la sangle et tendre la rênes extérieur en pesant sur sa fesse gauche et en gardant son centre de gravité...").


Discuter sur des forums


Un forum, c'est un peu un zoo: un endroit où on aime aller flâner de longues heures pour se divertir et apprendre 2-3 choses, et dans lequel on trouve rassemblées pleins d'espèces qui n'ont rien en commun et qui pour certaines ne devraient jamais se retrouver à proximité (le mignon petit flamand rose innocent et le tigre puissant et affamé par exemple). Dans un forum, c'est pareil: tu as les personnes agressives qui viennent seulement troller, les "meubles" qui postent mais n'apportent rien aux conversations, les donneur de leçons, les kikoulol etc... et au milieu de tout ça, des gens normaux avec des niveaux très différents mais qui essayent tous d'apporter leur pierre à l'édifice quand tu as une question. Les forums, ça permet d'avoir non plus des consignes, des données "scientifiques", mais plutôt des retours d'expériences, des petites astuces du quotidien. Et il y a autant d'avis et d'expériences qu'il y a de personnes, c'est ça qui fait la richesse des forums ! C'est un lieu où on peut s'ouvrir de nouveaux horizons grâce à la discussion.


Parcourir les sites de petites annonces


Quand t'es fauché, t'as quand même besoin de nourrir l'espoir que dans le futur, les jours seront meilleurs. Qu'un jour tu monteras quand et autant que tu voudras car tu auras TON cheval. Alors FindyourHorse et ChevalAnnonce sont dans tes favoris et cela fait au moins 30 fois que tu as fait la recherche de ton cheval parfait (car oui tu sais déjà quel âge, quelle race, quelle robe, quelles origines ect ton cheval devra avoir). Et au final: t'es juste encore plus déprimé(e) de voir toutes ces belles occasions te passer sous le nez mais c'est comme ça, tu peux pas t'en empêcher !
Regarder les petites annonces équestres à la recherche du cheval parfait.
Encore une belle occasion qui s'envole au loin - Crédit: Giphy.com



* A toutes mes connaissances proprios, je suis bien sûre plus que reconnaissante chaque fois qu'on me laisse un cheval à m'occuper ! Pas taper !





9 commentaires:

  1. Rafraichissant et tellement vrai... Merci !

    RépondreSupprimer
  2. Je me suis bien marrée :P et ça sent bien le vécu !!

    RépondreSupprimer
  3. Totalement, puisque c'est grâce à ces "astuces" que j'ai survécu à mon année à pied sans me pendre ou perdre contact avec l'équitation, et c'est encore grâce à ça que pendant 2 ans à monter seule j'ai pu évoluer et ne pas tourner en rond :)

    RépondreSupprimer
  4. "Le blog qui vous raconte que Marie a emmené Mirabelle en balade et que c'était troooop génial vous apportera pas grand chose." Alors là, je suis profondément vexée ! Et pour réparer mon petit coeur brisé, pas d'astérisque pour t'excuser de tes propos insultants hein, comme à l'encontre de tes connaissances propriétaires ! Espèce de lèche-boots ! (du coup moi je peux te taper !)
    Nan je plaisante, je suis pas susceptible (*essuie ses larmes*). Mais je me permets quand même de protester : je suis pas d'accord. J'ai énormément appris sur des blogs comme le MIEN, qui apportent certes moins de réflexion que le tien (pff), mais qui, un peu dans la même idée que sur les forums (sauf que moi j'aime pas les forums), permettent de supers rencontres et un immense partage entre cavaliers, propriétaires ou non, à pied ou non, fauchés ou non. Et puis je trouve que sur les forums, on sympathise moins intimement avec les gens, alors que sur nos blogs "personnels", on finit par être vraiment copains-copines, et donc à mieux se connaître, et à plus échanger.
    Et enfin, si je puis me permettre d'ajouter un petit point à ton article (qui est génial hein, tu sais que je t'aime ;)), je crois qu'il est important de ne pas hésiter à POSER DES QUESTIONS ! Même si on a pas participé au cours qu'on a regardé, on peut aller demander au moniteur, à la fin, pourquoi il a conseillé tellle ou telle chose à un cavalier qui avait telle ou telle difficulté, ou si on lit quelque chose de pas clair sur le net, ne pas hésiter à demander à quelqu'un de connaisseur des explications, etc... :)
    Bref, désolée du roman :$ Et merci (quand même) pour ton super article dans lequel je me retrouve quand même énormément ;) :p

    RépondreSupprimer
  5. Ahah ma petite Hélène <3

    Je ne le cache pas: les blogs racontant juste ses séances ne sont pas ceux qui me passionnent le plus (même si sur Facebook je suis quelques pages de ce genre mais car ce sont des cavaliers qui ont un vrai bon niveau ou font des trucs de fou !). Mais dans cet article, quand je dis qu'ils n'apportent pas grand chose, c'est juste car le sujet était de continuer à progresser en lisant des blogs sur le net. Donc dans ce cas, oui, je réitère, ils n'apportent rien.

    Par contre sur le plan humain, dans le genre lecture sympathique, pour se détendre, pour s'identifier à des couples ou rêver un peu, là oui ils ont réel intérêt. C'est des blogs perso donc il est plus facile de se sentir proche de l'auteur et même de démarrer une conversation comme tu dis (même si moi, ça ne m'est jamais arrivé).


    Ah oui, le "poser des questions"... C'est vrai qu'avec le recul, je me dis qu'en club j'en posais pas assez et je n'étais vraiment pas dans la réflexion quand je montais. On me disait de faire, j'exécutais, point.
    Alors que maintenant, quand je fais un exo, je me demande vraiment pourquoi je le fais, ce qu'il apporte, l'intérêt pour moi comme pour le cheval ect ect et ça change tout, dans la pratique (car tu sais ce que tu cherches et pourquoi) comme dans les connaissances.

    Merci d'avoir soulevé ce point !

    RépondreSupprimer
  6. Yoooo, je me reconnais trop dans l'article =) ! ! ! Papa et maman ne sont pas fortunés, alors quand j'ai eu 18 ans, tous mes sous de job d'été sont passés là-dedans (et dans le permis et la voiture aussi^^).
    Sinon, comme autre astuce pour monter quand on est fauché, y a aussi trouver une DP pas chère (voire gratuite, ça existe). Par exemple, je paye 100€ par mois pour Presto pour monter 3/4 fois par semaine, c'est très correct par rapport aux tarifs pratiqués en club.
    Ou bien être bénévole/volontaire dans un club/élevage à l'étranger aussi ! Tu nourris et fais les boxes, et en échange tu montes quasi à volonté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaha on a quais le même parcours:
      - 18 ans, premier job pour financer les mêmes dépenses : DP, permis, crédit voiture.
      - Je paye quasi la même chose pour ma DP (un poil moins car je monte un peu moins que toi)
      - Et une fois diplomée en septembre, je compte partir quelques mois à l'étranger pour... bosser dans une écurie :p

      Supprimer
  7. Super ton article!!! ça me donne envie d'en rajouter.
    Pour les cavaliers de club (pas de "Pompon", snif) pensez à prendre les forfaits (le prix de reviens de l'heure est moins cher). En cas, de grosse envie de cheval, penser à se faire offrir (ou économiser pour) un stage ou une demi-pension (argument : je vais progresser plus vite). Mais surtout, comme tu l'as dit traîner dans les écuries et proposer son aide, on apprend énormément soit par la pratique, soit par l'observation et on a parfois de bonnes occasions. Devenir un bon cavalier, le club et les propriétaires seront plus enclin à vous proposer de monter leurs chevaux (ou poneys).
    Voir si le club ni fait pas de promos au moment de la fête du cheval. Pensez aux matériels d'occasion. Comparer les prix avant d'acheter. Penser aux soldes.
    Pour ceux qui ont leur "Pompon", pour le logement, pensez au pré et pourquoi pas tenter de négocier avec un fermier pour pouvoir le mettre avec ses vaches (pensez toutefois à ce qui se passe lorsqu'il les rentre pour la traite par exemple). Créer ou intégrer un regroupement de cavaliers propriétaire pour louer une même pâture et avoir des prix de gros... Rendre "Pompon" rentable, le plus simple, est de le mettre en demi-pension au club ou avec un autre cavalier (attention de bien négocier, de bien spécifier le temps d'utilisation maximale de l'équidé par chacun et son utilisation, penser à voir qui paie quoi, penser à être correctement assurer des deux côtés).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah merci pour tous ces bons conseils,on sent le (la ?) spécialiste !

      Supprimer