30 mars 2015

Surveiller la santé de son cheval: mode d'emploi.

On parle souvent des maladies, des atteintes du cheval et de leur traitement mais à ce moment là, il est toujours trop tard: notre équidé est déjà blessé/malade. Il faut aussi savoir surveiller en amont et repérer les éléments avant-coureurs qui annoncent un problème de santé. Savoir ce qui définit un cheval sain, repérer les anomalies et faire un bon suivi de santé sont des clés qui facilitent par la suite les traitements. 



Les paramètres de santé à surveiller


Quand on s'occupe d'un cheval, le pansage est un moment privilégié non seulement pour redonner figure chevaline à notre protégé recouvert de boue, mais aussi pour faire une inspection et vérifier que tout va bien ! En allant le chercher et en le préparant, il faut prendre l'habitude de vérifier quotidiennement quelques "indicateurs de santé". C'est rapide à faire et ça devient vite un réflexe qui peut permettre aussi de savoir si la séance de travail sera bonne ou non, selon la forme et l'humeur de notre cheval:
  • Le comportement: un cheval qui change de comportement du jour au lendemain indique souvent un mal-être ou un problème de santé (sauf si le changement est positif, bien entendu). Un cheval tout à coup agressif, complètement prostré ou au contraire tout excité, qui boude sa ration, qui boit plus que d'habitude, qui ne cesse de se regarder les flancs, qui boite sur le chemin... Tout cela indique une douleur mentale ou physique plus ou moins grave: cadre de vie non adapté, ration trop riche, fatigue passagère, début de colique, douleur suite à un mauvais coup... Ces signaux parfois très subtiles ne sont jamais à négliger.
  • Les crottins et urines: si vous le prenez sur le fait ou que vous pouvez en retrouver dans son box/pré, jetez un coup d’œil dessus. Un crottin très mou et vert peut indiquer des repas d'herbe trop riches (pour les chevaux au pré au printemps), liquide ou très odorant un problème digestif ou des intestins. Dans ce cas, vous pouvez coller votre oreille au ventre de votre cheval et écouter: régulièrement, vous devez entendre comme un bruit de chasse d'eau, des gargouillis qui indiquent que tout fonctionne. Concernant les urines, elles doivent être jaunes, troubles et ne pas sentir trop fort.
  • Le poil et l'aspect général: amaigrissement ou gonflement soudain, œdème sur un membre, partie du corps chaude, poil complètement terne ou piqué (petites touffes de poils qui font comme des bosses, comme si le poil était un peu hérissé) sont tous des petits signaux d'alerte facilement visibles à surveiller. Le pansage est l'occasion de regarder également dans les moindres recoins s'il n'y a pas un bobo caché, une tique blottie dans un pli de peau, une croûte ou des poils qui tombent: il faut avoir l’œil et bien passer ses mains partout (ce qui sert aussi à repérer les zones de chaleur) ! Attention aux pieds également, qui doivent toujours être froids, lisses et "durs", et à l'appareil génital pour les mâles, qui ne doit pas être trop sale ou gonflé (voir l'article sur le nettoyage du fourreau).
Poil piqué chez le cheval.
Le poil piqué - Crédit: 1cheval.com

Si jamais après cette inspection quotidienne vous avez un petit doute sur l'état de votre cheval, vous pouvez également vérifier:
  • Les muqueuses: on devrait les regarder plus souvent car elles regorgent d'informations ! L’œil, dont le blanc doit être... blanc et les gencives qui doivent être rosés. La couleur jaune pour les muqueuse indique un ictère, souvent synonyme de dysfonctionnement du foie. Des gencives pâles montrent une anémie et au contraire si elles sont rouges, une congestion (afflux de sang qui peut indiquer une inflammation, une problème cardio-vasculaire...).
  • La température: qu'il est préférable de prendre au repos. La température normal d'un cheval est située entre 37,5 et 38°, mais le mieux est de connaitre celle de votre cheval en particulier, quand tout va bien.
  • L'hydratation: un test tout simple est de pincer la peau au niveau de l'encolure et voir si le pli disparaît immédiatement. Si la peau met du temps à retrouver sa position initiale, c'est un premier signe de déshydratation. 

Enfin pour les plus précautionneux voulant pousser l'examen de santé jusqu'au bout, on peut ajouter:
  • La fréquence respiratoire: un cheval prend normalement 10 à 14 inspirations par minute au repos, jusqu'à 45 après un effort. Il suffit tout simplement de compter les respirations pendant 1 minute, à l'oreille et en plaçant sa main sous les naseaux pour sentir le souffle si besoin. Un cheval qui respire très vite ou très fort au repos ou après une simple marche est un cheval en mauvaise forme/avec peu d'endurance ou qui présente un problème de souffle (emphysème ect) à traiter, une mauvaise hydratation (épuisement rapide) ou autre.
  • La fréquence cardiaque: la base est normalement de 30 à 40 battements par minute au repos, 160 à 250 après un effort. On prend le plus souvent le pouls d'un cheval sous la ganache, là où passe l'artère maxillaire.
Comment prendre le pouls d'un cheval pour connaitre sa fréquence cardiaque.
Prendre le pouls de son cheval - Crédit: s403403540.onlinehome.fr



Un carnet de suivi de santé: l'astuce pour ne rien manquer


En plus de surveiller les paramètres de santé et signes vitaux de votre cheval, il est bon pour ne rien rater de tenir un carnet de santé personnalisé. Le carnet de santé normal de votre cheval sert à suivre principalement ses vaccinations (comme pour les humains), celui-ci vous servira d'aide mémoire, de suivi de la santé dans le temps et vous permettra d'établir des liens de cause à effet.

Dedans, il faudra créer une page de garde réunissant les informations utiles suivantes: 
  • La date de naissance de votre cheval: pour avoir son âge exact.
  • Sa taille: prise avec une toise au garrot.
  • Son poids lorsqu'il est en pleine forme (ne prenez pas un cheval de pré en plein hiver par exemple, il sera plus maigre): pour déterminer son poids, il vous faut d'abord prendre le périmètre thoracique de votre cheval, c'est à dire le tour de sa cage thoracique, en passant votre mètre au niveau du passage de sangle et de la base du garrot. Puis, pour un cheval de selle au travail, il vous suffit de calculer la formule suivante: 4,3 x périmètre thoracique en cm + 3,0 x hauteur au garrot en cm - 785 = poids de votre cheval à 25 kg près !
  • Sa température, au repos, quand il est en pleine forme: ce qui vous permettra de comparer et savoir ce qui est anormal pour lui. Pour avoir sa température normale, prenez là plusieurs jours d'affilé ou une fois de temps en temps pendant quelques semaines pour vérifier que c'est bien celle-ci. Certains individus, même en pleine forme, présentent une température plus basse ou plus élevée que la moyenne. Il est donc utile de connaitre celle propre à votre équidé.
  • Vous pouvez ajouter les paramètres qui vous chantent, sur le même principe que la température: fréquence cardiaque, respiratoire, corne toujours un peu molle ou toute particularité physique ou de santé.
Mesurer le périmètre thoracique de son cheval pour calculer son poids.
Mesurer le périmètre thoracique de son cheval - Crédit: guichard-sellier.fr

Grâce à ces indications, vous pourrez vérifier de manière certaine si votre cheval a maigri ou grossi, s'il a de la température, vous pourrez aider votre vétérinaire à ajuster le dosage des prescriptions selon son âge et son poids ect.

Une fois ces informations de référence soigneusement répertoriées, vous n'aurez plus qu'à remplir votre carnet en notant tous les examens médicaux de votre cheval (date, raison de la consultation, résultats, protocole ou prescription médicale à suivre par la suite), les changements concernant son mode de vie (changement d'écurie, de nourriture, de rythme de travail ou de sorties) mais aussi tous ses bobos du quotidien (boiterie, petite toux, œil un peu fermé, balafre sur le chanfrein, perte de poids) et ses changements de comportement (baisse de forme à l'approche de l'hiver, crispation systématique à gauche au travail) en inscrivant bien, là encore, les dates précises et la durée de ces désagréments. Le but de tout ça est de:
  • Pouvoir recouper les informations pour voir si un problème n'est pas récurrent: il perd systématiquement du poids au printemps et ses muqueuses deviennent un peu jaune: n'est-ce pas une intoxication par une plante qui repousse chaque année ? Il boite toujours pendant l'hiver: n'est-ce pas le fait de vivre au pré dans la boue et de forcer pour se déplacer sur ce sol mouvant ?
  • Pouvoir suivre l'évolution de la santé de son cheval et ne pas mélanger les traitements/donner des médicaments incompatibles en même temps.
  • Pouvoir retrouver la date de début d'un problème de santé: on retrouve Pompom sur 3 pattes et il s'avère qu'il a un problème au ligament: en vérifiant le carnet on s'aperçoit qu'un mois plus tôt, il boitait légèrement par intermittence et avait du mal à engager. C'était là les signes avant-coureur du problème, on sait désormais depuis combien de temps la pathologie court.
  • Pouvoir refaire très précisément l'historique de la santé de son cheval en cas de problème vétérinaire important: donner les dates des derniers vermifuges, des derniers problèmes qu'il a eu, de son dernier traitement... 
  • Pouvoir informer votre vétérinaire/ostéo/maréchal des problèmes de votre cheval au cas-ou vous êtes absent: si le carnet est à portée de main à l'écurie, même si vous êtes absent, il n'y a plus qu'à le feuilleter pour retrouver vos dernières observations et les derniers soucis de votre équidé et comprendre ce qu'il se passe.



Le dernier mot Jean-Pierre...


Malgré les années qui passent et nous rassurent, il ne faut pas perdre l'habitude d'être attentif, à l'écoute de son cheval et vigilant lors de chaque pansage. Le carnet est une bonne méthode pour s'obliger à le faire, en plus d'être un outil de suivi de la santé de son cheval très pratique. A vous de l'organiser au mieux, sous forme de classeur par exemple, avec une partie vétérinaire, une autre ostéopathie, une pour les soins dentaires et ainsi de suite. Il pourra être rangé bien à l'abri dans votre casier avec votre trousse à pharmacie et même contenir tous vos rapports d'interventions et toutes vos ordonnances (qu'il est obligatoire de conserver à portée de main lorsqu'on possède des produits soumis à prescription) !














.................................................Pour aller plus loin.................................................


.............................................A lire aussi sur le blog..............................................

5 commentaires:

  1. Mon cheval pert des petites touffes de poils, avec un morceaux de peau "croutée" dessous, et ça, partout sur le corps. J'ai mis ça sur le fait qu'il joue beaucoup avec ses copains et je le retrouve régulièrement dénudé de ses poils (et j'admire à quoi ressemble la peau d'un pie sous les poils d'ailleurs). Alors, juste des jeux et maladie de peau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas véto donc je ne pourrais pas te répondre ^^

      Regarde si ses copains de pré ont la même chose ? Depuis quand ça a commencé ? Est-ce que ce n'est pas à des endroits où passe le matériel ?

      Mais si la perte de poil reste pas trop importante, que la repousse se fait correctement et qu'à côté de ça tout va bien... ça peut attendre ton prochain rendez-vous vétérinaire pour poser la question je pense ;)

      Supprimer
    2. Ca ne m'a pas l'air grave, j'ai vraiment l'impression que c'est quand il joue, ils doivent se mordre et s'arracher les poils. MAis en attendant il est moche xD

      Supprimer
  2. Chouette article, que des bonnes idées et des méthodes simples, que je devrais appliquer très bientôt sur mon Prinçou ! Merci ;)

    RépondreSupprimer