5 janv. 2015

Vie au pré ou vie au box ? Quel mode de vie pour son cheval ?

L'éternel débat: un cheval doit-il vivre au pré ou au box ? Est-on un monstre si notre cheval vit H24 au box? Le pré est-il réservé aux chevaux de loisir? L'idée est d'aborder cette question d'un point de vue neutre en présentant quelques critères objectifs afin de définir les apports et les contraintes de chacun. 


Au box

Les + 
  • La surveillance du cheval est facilitée. Il est plus difficile d'imaginer un cheval s'échappant de son box que d'un pré. Et il suffit de faire quelques pas dans l'allée de l'écurie pour jeter un œil sur lui, au lieu de parcourir de long en large le pré de plusieurs hectares en essayant de le repérer au milieu des autres. Très pratique dans le cas d'un cheval blessé ou malade.
  • Comme je le disais à l'instant, dans le cas des chevaux à la santé fragile/blessés, plus de paramètres peuvent être contrôlés. On contrôle l'activité du cheval (puisqu'il est immobilisé au box), il est à l'abri du froid, du chaud, dans un espace sécurisé où il a, a priori, moins de chances de se blesser. Et surtout...
  • La gestion de l'alimentation est facilité. En hiver, les prés ne fournissent plus assez d'herbe et nécessitent donc de complémenter les chevaux. Inversement en été, dans les prés verdoyants, les chevaux sont plus exposés à la prise de poids et au risque de fourbure à cause de l'herbe bien grasse. Et pour peu que votre cheval soit d'un naturel soumis et qu'il reçoive sa ration au pré, il est possible qu'il se la fasse "voler" par un congénère ou que le moment de nourrir devienne un moment de stress. Au box, pas de problème de ce genre et il est donc plus facile de calculer les besoins en nourriture.
  • Et biensûr, parlons aussi du confort pour le cavalier de venir dans une écurie propre avec tout à disposition pour préparer son cheval au chaud plutôt que d'aller patauger dans la gadoue en hiver pour rattraper Pompom. Mais Pompom sera aussi ravi en hiver de se retrouver au sec le soir et d'éviter gales de boue et coups de froids.

Les -

  • Mais la vie au box pour un cheval, c'est la contrainte pour le propriétaire de devoir être présent chaque jour pour le sortir ou de trouver quelqu'un pour le faire à sa place. Pas toujours évident, surtout lors de maladie, départ en vacances ou en week-end.
  • L'enfermement dans un box favorise l'apparition de troubles comportementaux (tics, dépression, agressivité) chez les chevaux à cause de l'ennui et du manque d'activité. Ce même manque d'activité peut également créer des problèmes musculaires: après une grosse séance, un cheval qui se retrouve immobilisé pendant 24h développe facilement des engorgements des membres, courbatures et autres joyeusetés. 
  • En vivant uniquement au box, la seule sortie du cheval est quand vous venez le monter. Pour un animal devant idéalement marcher toute la journée, gare aux sorties sportives! Cela coupe l'herbe sous le pied des cavaliers prétextant que leur cheval "ne peut pas aller au pré car dès qu'il est lâché il est hystérique et risque de se blesser": bien évidemment, il manifeste sa joie d'être enfin dehors ! Passé les premières fois, le cheval profitera dans le calme de ce moment sachant qu'il y en aura d'autres et cumulant de moins en moins de trop plein d'énergie.
  • En conclusion, le box seul n'est pas un mode de vie envisageable et doit forcément s'accompagner de sorties au paddock quotidiennes sous peine de voir le moral et le physique de son cheval se détériorer.

Mettre au pré ou mettre au box ?
Le pré, réservé aux chevaux de traits et de loisir ? - Crédit: univers-cheval.com



Au pré

Les +

  • Qu'on se le dise, le premier facteur attirant d'une pension pré est son prix ! En général moitié moins cher qu'une pension box. C'est votre porte monnaie qui vous remercie (et c'est aussi une occasion pour investir dans autre chose d'utile!).
  • Qui dit pré dit herbe, c'est à dire l'alimentation la plus naturelle et la meilleure pour le cheval ! Que demande le peuple ?
  • Avoir son cheval au pré est un facteur de liberté pour son propriétaire. Envie de vacances, pas le temps de venir en semaine, eh bien en vous attendant votre cheval ne fait pas placard !
  • Le cheval se dépense TOUTE la journée (marcher lui est normalement indispensable): cela facilite son transite, évite les engorgements suite à un effort intense, entretient la musculature, assure un cheval plus zen et plus en condition pour faire des efforts physiques...
  • Un cheval au pré se "renforce" et développe sa proprioperception: il apprend à regarder où il met ses pieds, à se gérer sur différents sols, à lutter contre le froid/chaud, trouver les coins d'ombre, s'habituer aux bruits et aux mouvements en extérieurs qui faisaient peur avant... 
  • Un cheval au pré avec ses congénères apprend à bien se comporter "en société", se socialise, ce qui peut permettre de calmer les comportement acariâtres de certains chevaux envers tout autre être vivant.
  • Enfin l'avantage indéniable du pré pour le cheval et l'influence sur son moral ! Libre et dans son milieu naturel, en contact avec d'autres chevaux, le cheval respire à plein poumons, s'amuse et se détend. L'idéal pour donner la pèche, la joie de vivre et la zen-attitude sous la selle à n'importe quel équidé !

Les -
  • Un cheval de pré, c'est des biceps en béton pour son propriétaire qui connaîtra la joie des bains de boue en hiver. Le pansage en 2 minutes chrono, c'est terminé ! C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle les cavaliers de compétition décident de mettre leurs chevaux au box. Piontage et pré sont des mots qui ne peuvent exister dans la même phrase.
  • Le pré, c'est risquer des petites blessures les premiers temps (la joie d'être en liberté) et même des "accidents de pré": luttes pour la hiérarchie, le cheval qui fait le fou et se blesse, exposition aux désagréments comme la gale de boue, piqûres d'insectes, coups de soleil...
  • Il faut noter aussi suivant les régions, la difficulté de trouver des prés proches d'installations décentes. Là malheureusement c'est une affaire de chance et de patience lors de ses recherches...



Le dernier mot Jean-Pierre...


Il est donc nécessaire lorsqu'on possède un cheval de se poser réellement la question de son mode de vie, sachant que l'environnement influe énormément sur le comportement d'un cheval, et de ne pas faire ce choix UNIQUEMENT pour NOTRE confort et par simplicité. Et à l'inverse, on se lance pas dans l'anthropomorphisme en se disant que son cheval sera mieux dans son nid douillet à l'écurie qu'en liberté avec ses potes, qu'il va forcément avoir froid dehors, et autres pensées qui relèguent le cheval au statut d'animal en sucre.

Il faut également prendre un compte le passif propre à chaque cheval: a-t-il déjà vécu en extérieur/box ? Supportera-t-il l'enfermement s'il vivait jusqu'ici en liberté ? Est-il suffisamment armé pour affronter un hiver au pré ? A-t-il des contraintes de santé qui nécessitent de le maintenir au box ?...

Il est utopique de penser que du jour au lendemain on pourrait faire vivre tous les chevaux au pré, pour de simples raisons de places et d'infrastructures insuffisantes. Néanmoins, je pense qu'il ne faut pas se leurrer: toutes les études actuelles sur les chevaux tendent à prouver qu'ils sont fait, moralement, mentalement, biologiquement, physiquement pour vivre en extérieur avec leurs congénères. Dans ces conditions, il n'est plus envisageable pour moi (oui, c'est la conclusion, ici je donne mon avis) de laisser son cheval H24 au box et de ne le sortir que pour le faire travailler ou lui offrir une heure de liberté dans un manège, seul, en pensant lui faire une grande faveur. Je ne dis pas pour autant que ces chevaux sont maltraités, mais ils sont extrêmement dénaturalisés et cela se répercute forcément physiquement et/ou mentalement (il n'y a qu'à voir le changement de comportement et la joie des chevaux qui débutent une vie au pré pour leur retraite). Pensez au parfait compromis: la formule pré/box !  

J'espère donc que cet article amènera chaque propriétaire à réfléchir au choix de vie qu'il impose à son compagnon, en respectant les prérogatives de tous et sans se culpabiliser (j'ose espérer que chaque cavalier fait au mieux avec ce qu'il a ou sinon pèche uniquement par manque de connaissances). Les options sont tellement multiples et les offres de plus en plus élaborées dans les écuries, alors ne lésinez plus sur l'indispensable sortie au pré !













.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


12 commentaires:

  1. personellement mon cheval vis au pré la journée (12h-18h et je le monte en principe vers 10h ou 18h30) et au box la nuit, dans son nid bien douillet de 35m² (ancienne grange, la chance non?).
    Je pense que c'est idéal pour lui, qui n'a ni une vie de cheval de loisir, ni de compétition week-end sur week-end, mais plutôt une fois par mois quand ça nous prend :p. mais par contre , en effet l'été, il se transforme en vrai bibendum ! et tout ça en compagnie de madame chèvre et monsieur bourriquet :)

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que le pré semble correspondre plus aux besoins naturels aux chevaux. Néanmoins, ce n'est pas non plus une solution parfaite. Quand le pré est transformé en mare de boue l'hiver, je ne sais pas si c'est vraiment bon pour les chevaux: risque de chute, de maladies de peau... Et c'est vrai que gérer l'alimentation d'un cheval en particulier dans un troupeau, c'est plus contraignant. Bref, je crois qu'il faut s'adapter à la situation, même si j'aimerais pour voir mettre mon cheval au pré quand j'en aurai un!
    Et sinon, pourquoi ne pas adopter la solution box + quelques heures au paddock par jour (en groupe de préférence)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le box + paddock quelques heures, pour moi c'est le minimum syndical !
      Mais 2, 3 heures dans un paddock, qu'est-ce que ça représente sur 24 heures au box ? Trop peu malheureusement, même si je sais que certains n'ont pas de meilleure option...

      Quand je vois que certains clubs n'ont pas de pré, même pas de paddock, à peine 3 brins d'herbe dans un coin, je trouve ça aberrant ! Pour moi ça devrait être interdit de construire une écurie dans de telles conditions... Bref, je m'emporte.

      Le pré l'hiver, c'est pas la joie mais ça reste possible si l'espace est suffisamment grand, il y a toujours des zones un peu moins boueuses. L'idéal c'est quand le cheval est rentré pour la nuit, il y a au moins un moment où il est au sec comme ça :)

      Enfin ce qui est sûre, c'est que lorsque j'achèterai c'est ça que je rechercherai: pré intégral à l'année ou pré - box (entré la nuit en hiver, dehors H24 l'été). C'est comme ça que vis ma DP et je vois vraiment la différence comparé à sa vie au box avant ! :)

      Supprimer
  3. C'est pour toutes ses magnifiques raisons que mon cheval vit au pré et y vivra tant que possible tout au long de sa vie. D'ailleurs, il ne connait même pas le box, (c'est même drôle de voir sa tête quand j'essaie de le faire rentrer dans un box "pour voir").

    Par contre, point négatif pour moi dû à sa vit en troupeau, c'est que quand il se retrouve seul au pré (quand les copains sont au travail par exemple), il devient vite fou, et parfois même s'échappe de son pré pour les rejoindre... mais bon, pour tous les points positifs, c'est pas bien grave !!

    Ah et pour les bobos, à force on s'habitue même si au début j'étais parano xD

    Top article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est franchement super pour lui, surtout vu comment tu décrivais son pré la dernière fois :)

      Par contre c'est assez embêtant le fait qu'il s'échappe et c'est toujours compliqué à faire passer comme habitude... Lui n'a aucun problème à partir et à les laisser ?

      Ma DP se fait pas trop de bobos (c'est lui le chef, on vient pas l'embêter) mais par contre la surveillance de la nourriture, gestion du froid, un oeil qui coule à cause du vent, piqûres de moustique en été... Pleins de petites choses à surveiller !

      Merci :)

      Supprimer
    2. Ah oui par contre quand c'est lui qui sort du pré il s'en fou et me suit sans problème ^^

      Oui les yeux qui coulent j'ai remarqué ça cette année, tous les jours il a des croutes toutes dures au coin d'un oeil alors qu'il n'avait jamais eu ça, tu sais à quoi ça peut être du ???

      Supprimer
    3. Je pense que ça doit être le vent et le froid qui assèchent les yeux. Pour se protéger du coup, ils se réhydratent en coulant !

      Supprimer
  4. je n'ai jamais compris les gens qui se disent aimer les chevaux, et les laisser vivrent en box, du pur egoisme de la part de l'homme, avis a tous ces cavaliers, qui ne percoivent leurs chevaux uniquement comme des motos, moi perso cela m'ecoeure

    RépondreSupprimer
  5. Mon cheval est toujours dehors l'hiver, même la nuit, et aime ce coucher dans la neige. Il adore la pluie et même les gros orage ne le fait pas rentrer. La grange c'est uniquement contre la chaleur et les insectes l'été, il y passe ses journée quand il fait beau. Il sort la nuit ou quand il pleut. Il a le choix. Il adore être couvert de boue et de sable. J'ai régulièrement de réflexions négatifs sur ce pauvre cheval qui est sous la pluit, qui est tout sale, qui a des brandilles dans la crinière, qui est gelé sous la neige, (il aime aussi ce mettre dans les buisson pour ce gratter contre les arbres et manger les petits buissons dans son coin bois) etc. Il déteste les couvertures. Par contre il apprécie les masques anti mouches. Je suis gaga de mon cheval boulonnais/anglo est il a une grande toilette toutes les semaine pour retrouver le beau cheval en dessous de la crasse. Apres la balade il va bien sur ce rouler et il choisi le sable si possible. Pour graisser les sabots c'est plus compliquer car ils sont pas souvent secs l'hiver. Je pense faire un box pour pouvoir l'enfermer de temps en temps pour des soins.

    RépondreSupprimer
  6. Les gens pour la plupart ne sont pas mal intentionnés quand ils mettent leurs chevaux au box: ils le font par ignorance, par anthropomorphisme... Et oui, une partie le fait pour le côté pratique, ce qui est égoïste. Mais je pense que ça sert à rien de tomber à bras raccourcis sur eux: ça ne les empêche pas d'aimer profondément leurs chevaux et d'essayer de faire au mieux pour qu'ils ne souffrent pas de l'enfermement. Les mentalités vont continuer d'évoluer et un jour, mettre au box sera vu comme une bizarrerie. En attendant, le plus important et de continuer d'informer (et non de dénigrer) et que chacun fasse au mieux avec les solutions qui s'offrent à lui, en son âme et conscience.

    Pour moi, le choix est fait et quand je vois un cheval à poil et couvert de boue dans un pré, je me dis: "voilà un petit veinard qui profite bien de sa liberté !" :)

    Après le box utilisé avec parcimonie a quand même son utilité: allez soigner une gale de boue en plein hiver quand vous avez nul part ou mettre votre cheval au sec...

    RépondreSupprimer
  7. Mon loulou est en pré/box, trotteur réformé, dominé au pré donc la formule pré/box est la plus adaptée : il marche toute la journée et s'entend plutôt bien avec ses congénères, et rentre manger sa ration tranquille le soir.
    J'ai lu un peu tous les commentaires, et outre le problème de trouver une bonne pension pré, ne pas oublier les chevaux qui ne peuvent pas être déférés des postérieurs donc pré impossible, ou alors il faut trouver LA structure qui propose des paddocks individuels mais c'est tellement rare ! Bref chacun fait au mieux :)

    RépondreSupprimer
  8. Je rejoins votre analyse sur les avantages et inconvénients sur le confort de nos chevaux au pré ou au box. Nous rentrons pendant la période hivernale (6mois de l'année) nos chevaux dans le box.

    RépondreSupprimer