30 déc. 2014

Un petit pas pour l'homme, un grand pré pour les chevaux: le Paddock Paradise !

Quel plaisir de lire les propos tenus dans le génial "Communiquer avec son cheval" de Véronique de St Vaulry à propos de la compatibilité entre le bien-être du cheval et une vie en box. Une véritable prise de conscience des effets néfastes du box semble avoir lieu, avec pour conséquence l’émergence en France d'un concept américain révolutionnaire; le paddock paradise.


La remise en cause des box comme dénaturalisation des équidés


Cette invention date de 2006 mais commence seulement à se pratiquer timidement chez nous. Pourquoi? Car il n'est pas facile de remettre en cause un système utilisé depuis des siècles et tellement pratique. Le box, c'est le cheval à portée de main, sous surveillance, sans se salir ou se fatiguer. C'est aussi un gain de place et de temps dans l'entretien des chevaux et, comme on le sait, le temps c'est de l'argent. Il y a donc énormément de facteurs expliquant qu'encore aujourd'hui, nombre d'écuries préfèrent/ne peuvent faire autrement que de garder leur cavalerie entre 4 murs.

Pour autant, s'il y a bien une chose que nous, cavaliers, ne devrions jamais oublier avant de prendre une décision concernant le milieu de vie de notre compagnon, c'est bien que le cheval est un animal herbivore, grégaire et qui a besoin de se déplacer tout au long de la journée. A l'état naturel, nos équidés marchent en moyenne 17 km par jour, broutent 12 heures et se rassurent et évoluent grâce au contact physique avec leurs congénères. Dans nos prés plats et carrés, ils piétinent seulement 1 petit kilomètre par jour, mais ont au moins le loisir de se remplir l'estomac en continu (chose qui leur est nécessaire physiquement, rappelons-le) et de pouvoir se faire des mamours entre copains. Mais alors que dire de ceux en box ? Qui n'ont le droit bien souvent qu'à 1 heure de vraie marche par jour, qui voient plus souvent la couleur de la paille que celle de l'herbe et pour qui les rapports sociaux se réduisent au contact visuel ? Avec la vie en box, on a bien une dénaturalisation de la nature profonde de l'animal, et par là, une forme de souffrance. N'ayons pas peur des mots. 



Quand le pré se transforme en coin de paradis


Une fois arrivé à ce stade de la réflexion, on parle tous la même langue et on peut continuer. Donc le pré, c'est bien. Mais ça reste quand même le minimum syndical: un carré d'herbe. Et je peux vous dire que si Spirit avait un syndicat, ça irait mal, même pour les proprio qui sont en mesure d'offrir ça à leurs chevaux. Car cela répond bien aux besoins essentiels d'un équidé (ce qui est déjà super !), mais on ne peut pas dire que la vie y soit palpitante. Dans la nature, les chevaux traversent des paysages variés et pleins de surprises, ont affaire à tous types de sols, trouvent une nourriture variée au gré de leurs divagations, choisissent leur habitat en fonction de leurs besoins... Et c'est à partir de ces observations, menées sur des troupeaux de mustangs sauvages, que l'américain Jaime Jackson (pareur naturel de son état, les chiens ne font pas des chats !) a eu l'idée de ces paddocks améliorés et intelligents, les paddock paradise. 

Exemple de paddock paradise.
Exemple d'organisation d'un paddock paradise - Crédit: rdxhorses.blogspot.fr

Le principe est de diviser le paddock en de nombreux espaces aux fonctions différentes et comportant des éléments naturels variés: un espace ombragé grâce à des arbres pour les jours de chaleur, un point d'eau dégagé, une zone comportant des abris sur un sol en sable, une autre consacrée au broutage avec une bonne herbe, un tronc d'arbre renversé à sauter , un couloir en gravier faisant le tour du paddock etc etc. Le but est d'amener le cheval à se déplacer le plus possible pour accéder à chaque espace correspondant à un de ses besoins, tout en  lui proposant un environnement enrichissant et interactif !



Plus qu'une lubie, un réel intérêt physique et mental


Le paddock paradise, en plus des avantages de la vie en troupeau dans un pré classique, permet donc:
  • d'éviter l'ennui grâce à un paysage varié et de nombreux déplacements,
  • d'entretenir la musculature du cheval et limiter sa prise de poids grâce à ces allées-venues obligatoires pour aller d'un espace à un autre,
  • de fortifier les sabots et stimuler leur croissance grâce à la marche régulière sur différents types de sols,
  • de limiter le risque de fourbure si l'on fonctionne avec une rotation de deux espaces pour brouter (chaque espace pouvant être ouvert ou fermé à volonté).


En somme, un vrai paradis équestre qui reconstitue les conditions naturelles de vie du cheval, et à la portée de tous ! Chacun peut créer son propre modèle de paddock paradise en divisant son pré selon l'espace disponible, 1 hectare (s'il n'est pas surpeuplé) étant suffisant pour faire quelque chose de sympa. Rajouter quelques buissons, un tronc d'arbre, une petite zone de sable et de graviers pour rendre l'environnement stimulant, créer simplement un couloir tournicotant pour séparer l'abreuvoir des abris, tout n'est plus qu'affaire d'imagination !



Le dernier mot Jean-Pierre...


Personnellement, je suis totalement séduite par l'idée, c'est un concept qui gagne à être connu pour ses bienfaits sur la santé mentale comme physique des chevaux. Je vous invite également à lire l'article de ChevalMag "Comportement: les 23 autres heures... Placés face aux dernières connaissances en matière de bien-être, nos systèmes d'hébergement semblent très "vieille école". Sommes-nous prêts à révolutionner l'habitat équin? Selon les éthologistes, le temps est venu". Si chacun réclamait un système d’hébergement nouveau, non plus adapté au cavalier mais au bel et bien au cheval, peut être le monde équestre entamerait-il un tournant en accord avec la volonté actuelle d'évoluer vers une équitation plus respectueuse de l'animal. Et peut-être serions nous plus nombreux à pouvoir offrir à Pompom la vie dont nous rêvons pour lui.















.................................................Pour aller plus loin.................................................



.............................................A lire aussi sur le blog..............................................

22 déc. 2014

"Les chevaux ne mentent jamais" de Chris Irwin.

"Les chevaux ne mentent jamais", un livre arrivé par hasard entre mes mains à l'occasion d'un anniversaire. Mais un heureux hasard qui fait que j'ai envie de partager avec vous ce petit trésor qui nous en apprends autant sur les chevaux, sur les méthodes de Chris Irwin que sur nous même. Récit initiatique au rythme de claquements de sabots.


Un mot sur l'auteur


Chris Irwin est un dresseur canadien à l'approche que l'on pourrait qualifier d'éthologique (au sens premier du terme, c'est-à-dire l'observation du comportement des chevaux). Près de 30 années passées auprès des chevaux, à apprendre sur le tas, à se débrouiller seul pour dresser des yearling et à rencontrer des professionnels lui ont inspiré une méthode de "dressage sans résistance" (il relate d'ailleurs son parcours très riche dans le livre). Son approche, son contact facile avec les chevaux ont eu un tel succès qu'il s'est d'abord fait connaitre dans sa région pour son talent dans le débourrage et le remise sur les rails des chevaux difficiles, puis à travers toute l'Amérique. Il sillonne désormais le pays pour donner des cours, publie des textes chaque mois dans des revues spécialisées, apparaît dans des émissions et donne régulièrement des conférences au Collège de médecine vétérinaire de l'Université du Saskatchewan.

Crédit: mediathequeducheval.com
Crédit: chapitre.com





















Pourquoi ce livre


Parce que ce livre donne une approche différente des chevaux et de l'équitation. Ce n'est pas un livre d'exercices, ce n'est pas un livre d'éthologie ou de dressage. Vous n'y trouverez pas forcément des réponses mais plutôt une réflexion et une véritable philosophie équestre et de vie. Ce livre n'apprend pas comment s'y prendre avec son cheval mais comment s'y prendre avec soi-même, comment être cavalier. Pour une fois, on arrête de se focaliser sur l'animal et comment obtenir de lui ce que l'on veut pour se focaliser sur l'être humain.

Ce livre ne ressemble vraiment à aucun autre que j'ai pu lire jusque-là. Et pourtant, je n'étais pas partie convaincue. A la première lecture, on a l'impression d'un long fleuve tranquille : l'auteur nous emmène dans divers paysages, nous raconte diverses anecdotes, redit parfois des choses que l'on semble déjà savoir et on ne sait pas trop où tout cela va nous mener ou ce que cela peut nous apprendre de plus. On avance gentiment, parfois même un peu ennuyé et sceptique, mais le jour où on tourne la dernière page, c'est comme une illumination. Mine de rien, les idées ont fait leur chemin et on reste là à cogiter avec un drôle de sentiment. On retourne lire quelques passages et on comprend enfin tout l'art et la subtilité de la leçon de Chris Irwin.

Une leçon qui nous dit: les chevaux sont magiques. Ils ne mentent jamais et de cette façon nous obligent à nous regarder en face. Ils révèlent qui nous sommes vraiment et mettent à jour nos forces et nos faiblesses. Il n'y a pas d'apparence ou de faux semblant qui tienne. Ce fabuleux animal qu'est le cheval exige le meilleur de nous : être calme, assuré, juste, observateur, rigoureux, et surtout être en paix avec soi-même pour être en paix avec lui. Ce livre est un véritable texte sur le développement personnel du cavalier car il nous montre que c'est en travaillant sur nous que nous pouvons travailler avec les chevaux, que nous devenons aptes à communiquer avec eux. Le cheval a une action bénéfique sur notre âme et soigne nos maux (l'équithérapie en est la preuve).


Chris Irwin - Crédit: chrisirwin.com



Le dernier mot Jean-Pierre...


Vous l'avez compris, je suis séduite. A tel point qu'il a été dur de me refréner pour écrire cet article car il y a encore tellement à dire... Je ne peux que vous inciter encore une fois à lire "Les chevaux ne mentent jamais" ! Chris Irwin mérite d'être lu pour son parcours exceptionnel et pour la passion et l'admiration pour les chevaux que l'on sent dans ses propos. Et c'est contagieux : quand on a fini son livre, on a encore plus envie d'aimer nos équidés, de les remercier pour tout ce qu'ils nous apportent et on est dévoré par l'envie de trouver ce superbe équilibre, cette harmonie que l'auteur nous décrit tant. Alors on commence à faire ce que tout cavalier devrait faire : se remettre en question.











.................................................Pour aller plus loin.................................................



.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


15 déc. 2014

Comment choisir sa selle : côté cheval.

Notre premier article sur la façon de choisir sa selle s'intéressait aux paramètres à prendre en compte du point de vue du cavalier. Maintenant que vous avez trouvé chaussure à votre pied selle à votre popotin, il est temps de s'assurer que l'heureuse élue s'accorde aussi à votre équidé ! Pour cela, il existe quelques tests simples à effectuer.


Position de la selle sur le dos


Posez la selle sur le dos de votre cheval, à son emplacement habituel, sans mettre de tapis. Lorsqu'elle est à sa place, la selle doit laisser le garrot libre et ne pas dépasser la dernière côte de votre cheval (voir les deux flèches sur l'image). On doit pouvoir passer au moins deux doigts entre le garrot et la selle, aussi bien sur le dessus que sur les cotés, pour éviter toute pression ou frottements. La selle doit également se trouver à deux doigts de l'épaule sous peine de bloquer son fonctionnement.

Vérifiez également lors du sanglage que la sangle ne se positionne ni trop en avant ni trop en arrière. Elle doit tomber correctement, verticalement et se trouver à une main du coude.

Squelette du cheval pour voir où poser sa selle.
La selle doit être à 2 doigts de l'épaule et ne pas dépasser la dernière côte - Crédit: cheval.ws



Libération de la colonne vertébrale


Lorsque vous vous penchez pour regarder la gouttière sous la selle, vous devez voir le jour de l'autre coté. Cela doit former un tunnel d'un bout à l'autre de la selle, ce qui permet de vérifier que la selle n'appuie pas sur la colonne vertébrale du cheval.


Quand la selle est posée sur le dos du cheval, on doit voir le jour de l'autre côté.
La gouttière de la selle doit former comme un tunnel.



Ajustement des arcades


Si les arcades de votre selle sont trop étroites, la selle se trouvera rehaussée à l'avant. Au contraire, si les arcades sont trop larges, la selle penchera vers l'avant, l'arrière ne touchant plus le dos du cheval. Le siège doit être bien à l'horizontal. Si ce n'est pas le cas, cela peut provoquer une gène voir des douleurs au dos de votre monture et vous obliger à adopter une mauvaise position. Si la selle plonge à l'avant, vous plongez aussi, jambes en avant, si elle penche en arrière, pour vous rééquilibrer vous pencherez en avant et ainsi de suite. Sachez qu'il existe désormais des selles aux arcades interchangeables qui peuvent s'adapter à différents chevaux, ce qui est bien pratique.

Ajustement de la selle sur le dos du cheval.
La selle doit être bien équilibrée et horizontale.




Vérifications après utilisation


Vous pouvez monter un petit quart d'heure sans tapis et regarder si votre selle a laissé des traces bien nettes, comme si ses contours avaient été dessinés sur votre cheval. Plus le contour est net, moins votre selle bouge, ce qui est biensûr l'effet recherché.

Un dernier test à effectuer : les traces de transpiration sous le tapis après votre séance doivent être symétriques ! Si elles ne le sont pas, elles révèlent un problème d'équilibrage de la selle et donc l'existence de points de pression sur le dos de votre cheval quand vous montez. Votre poids est mal réparti.




Le dernier mot Jean-Pierre...


N'oubliez pas: la selle doit aussi bien s'adapter à vous qu'à votre cheval. Choisissez selon vous, essayez sur votre cheval. J'ai énormément appris en  rédigeant cet article, qui n'est malheureusement qu'un condensé des leçons sur le choix d'une selle: le sujet est  trop vaste et technique pour que j'en présente tous les aspects. Mais peut-être que cet article vous permettra tout de même de trouver votre bonheur ou au contraire de vous apercevoir enfin que votre selle ne convient pas, et ce sera déjà un grand pas de fait !













.................................................Pour aller plus loin.................................................





.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


8 déc. 2014

Comment choisir sa selle : côté cavalier.

Arrêtons le massacre, ne croyez plus les vendeurs qui vous mettent dans les mains la selle la plus jolie du magasin en vous assurant qu'il n'y a pas besoin de l'essayer sur votre cheval ! Une selle se choisit selon son adaptation à vous ET à votre cheval. L'un ne va pas sans l'autre, et il existe des aides simples et rapides (que j'ai découvert pour cet article) pour s'aider à choisir. Aujourd'hui, jetons un œil du côté du cavalier et des quelques questions à se poser en plus de "havanne, camel ou noir?".


Rappel de notions


Schéma commenté d'une selle.
Détail du dessus d'une selle - Crédit: soncheval.com
Anatomie d'une selle.
Détails du dessous d'une selle (ici amazone) - Crédit: belgiumamazone.free.fr


Le rôle de la selle est de répartir le poids du cavalier de manière égale sur le dos du cheval et d'amortir les secousses qu'il pourrait provoquer. La selle doit donc se choisir en fonction du cavalier ET du cheval ! La taille du siège exprimée en pouces est ce que l'on doit adapter au cavalier et l'arçon et les panneaux (les rembourrages de la selle) doivent être adaptés à la morphologie du cheval



Quelle selle pour quelle discipline ?


Pour le dressage: la selle de dressage
Exemple de selle de dressage.
Elle est caractérisée le plus souvent par un siège creux qui aide au maintient et au fonctionnement du bassin. On y est bien calé pour un meilleur travail assis. Ses quartiers longs et droits permettent la descente de jambe nécessaire au dressage et certaines selles possèdent des taquets avant très épais pour aider au positionnement de la jambe. Cette selle ne peut être utilisée que pour sa discipline originelle car elle permet difficilement de se mettre en équilibre ou de chausser les étriers à une longueur classique.


Pour le saut ou le cross: la selle d'obstacle
Exemple selle d'obstacle.

Elle est bien évidemment l'exact contraire de la selle de dressage: elle possède un siège plutôt plat et des quartiers très avancés qui permettent l'avancée des genoux pour chausser court et se mettre en suspension. Le siège plat permet de basculer plus facilement son assiette vers l'avant et favorise une plus grande liberté de mouvements. Les taquets à l'avant ne doivent pas être trop imposants sous peine de bloquer les genoux. Cela peut être néanmoins une aide pour se retenir lors d'un refus, tout comme les taquets arrières qui empêchent la jambe de trop reculer au planer. 


Pour le loisir ou les touche-à-tout: la selle mixte
Exemple selle mixte.
Enfin, cette selle est le parfait compromis entre les deux précédentes: un siège semi creux stabilisant le cavalier sur le plat et lui permettant tout de même de se mettre en suspension pour sauter, des quartiers ronds mais qui descendent plus bas que ceux d'une selle d'obstacle, permettant ainsi de chausser à sa convenance. C'est la selle la plus polyvalente et la plus conseillée pour ceux qui pratiquent un peu de toutes les disciplines, qui ont un petit budget (et qui ne peuvent donc pas acheter plusieurs selles) ou même ceux qui pratiquent une seule discipline mais à un niveau plus modeste. Disons que c'est la selle parfaite pour cavalier classique de loisir.



Selle en cuir ou synthétique ?


Après diverses recherches pour comprendre la différence, il en ressort que c'est  avant tout une affaire de goût et de budget (le cuir étant bien entendu plus cher que le synthétique). On note cependant quelques variations entre les deux:

  • Une selle en cuir est en général plus agréable à utiliser sur le long terme car le cuir se détend et épouse vos formes pour plus de confort (c'est pour ça que l'on peut ressentir une certaine difficulté à trouver sa place sur une selle en cuir neuve, il faut attendre qu'elle se fasse). Elles sont souvent plus esthétiques, "classes", mais nécessitent plus d'entretien pour conserver leur souplesse et leur état (nettoyage + graissage, conservation dans un endroit sec ni trop chaud ni trop froid pour que le cuir ne se dégrade pas). A côté de ça, leur durée de vie est plus élevée. 
  • Une selle en synthétique est plus légère, agréable dés la première utilisation (mais il faut qu'elle vous corresponde dès le début) et simple d'entretien: un coup d'éponge et on en parle plus. Et contrairement aux idées reçues, si on en prend soin, elles peuvent aussi servir fidèlement plusieurs années. Mais elles restent en règle générale moins résistantes dans la durée que les selles en cuir.

Au final, tout le monde semble d'accord pour dire qu'une selle synthétique est parfaite pour débuter mais que rien ne remplace une bonne selle en cuir.




Monoquartier, sans arçons...?


De nos jours il existe aussi une multitude "d'options" que l'on peut choisir pour sa selle et qui peuvent mériter réflexion. Deux exemples rapides: les selles monoquartier ou sans arçons.

Le choix d'une selle monoquartier est une question de goût (moins de cuir entre soi et son cheval, certains préfèrent cette proximité avec leur monture, d'autres ne voient aucune différence) mais aussi de morphologie ! Apparemment, cette selle permettrait aux personnes avec des jambes rondes et/ou courtes de mieux se stabiliser à cheval du fait de cette proximité avec le corps du cheval. Mais je pense que cette théorie peut s'appliquer à n'importe quelle morphologie, n'importe qui serait mieux calé... A vérifier. Son inconvénient majeur est le sanglage bas qui peut modifier l'équilibrage de la selle.

Quant à la selle sans arçon, elle permet de suivre totalement les mouvements du cheval de par sa souplesse et de s'adapter plus facilement aux morphologies propres à chaque équidé (et donc se montre plus pratique pour les morphologies "atypiques" ou robustes). Mais cette même souplesse représente son principal défaut : sans structure rigide, le poids du cavalier n'est pas aussi bien répartit qu'avec une selle classique et effectue une pression sur le dos du cheval sur une surface plus concentrée. De plus, sa souplesse fait que la selle peut plus facilement frotter contre le dos du cheval et créer une gène.



Combien de pouces ?


Équivalence des pouces en centimètres pour choisir la taille de son siège de selle d'équitation.
Tableau des tailles de selle en pouces.

Ce tableau fait par mes petites mains est un point de repère. La taille standard est celle utilisée en club qui - en général - convient à tout le monde, à une morphologie moyenne (ni grande, ni petite, ni mince, ni ronde). Cependant, le nombre de pouces reste indicatif : certaines cavalières préfèrent se sentir calées dans leur selle (donc une 17 pouces voir 16,5) et d'autres préfèrent avoir de l'espace (une 18 pouces par exemple) indépendamment de leur physique. Mais bien évidemment, quelqu'un de grand et donc ayant le poids allant avec sa taille se dirigera plus naturellement vers une 17,5 ou 18 pouces plutôt que vers une 16 pouces, et vice versa. Le mieux reste encore d'essayer !



Le dernier mot Jean-Pierre...


Vous voilà avec les critères de base pour trouver chaussure à votre pied selle à votre popotin. Il y a encore d'autres paramètres qui peuvent être pris en compte, mais ça c'est l'affaire d'un expert que je ne suis pas. Concernant les marques, certaines sont plus réputées que d'autres mais bas prix ne veut pas dire basse qualité !















.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


2 déc. 2014

Les recettes de grand-mère pour soigner les chevaux.

Ce mois-ci je participe pour la première fois à "La Cavalcade des blogs", festival qui propose chaque mois un thème équestre sur lequel écrire. "Osteonimaux", organisatrice du thème de décembre, a proposé "Les soins et maladies" (voir l'article). Quand on pense à ce sujet, on imagine immédiatement vétérinaire, médicaments, seringues, et autres traitements chimiques. Mais on oublie souvent qu'avant toutes ces inventions, on utilisait des recettes de grand-mère parfois plus efficaces et naturelles !


Qui ne s'est jamais rêvée étant plus jeune en genre de cavalière "chamane" ou "sorcière vaudou" capable de soigner son cheval avec des plantes et épatant la galerie avec des pommades concoctées dans sa cuisine ? Ne mentez pas, je plaide aussi coupable ! Mon petit moi d'il y a bien 10 ans a ainsi passé des heures à fouiner sur des forums pour noter soigneusement les recettes de grand-mère et recettes maison des internautes pour soigner leurs chevaux. ATTENTION: ne les ayant jamais testées, je ne peux garantir leur efficacité mais il est toujours intéressant de voir leur composition et l'utilisation surprenante de certains ingrédients (coucou la tranche de lard !). De plus, toutes ces recettes ont été trouvées sur le net et sont donc bel et bien utilisées par quelqu'un.  

Soigner les chevaux par les plantes et des préparations maisons. Trucs et astuces pour soigner les chevaux.
Et en bonus, une photo du fameux carnet de recettes de grand-mère ! Ah la jeunesse...



Les recettes de grand-mère


  • Pommade pour toutes les plaies

100 gr de saindoux (ou vaseline)
100 gr de farine
100 gr de miel
100 gr de teinture d'iode

La pommade a un aspect noir peu ragoutant mais elle est réputée très efficace ! Et se conserve normalement plutôt bien.

  • Lotion pour soulager les démangeaisons

Dans 100 ml de gel d'aloé vera (pur ou à 99%), mélanger:
10 gouttes d'HE de lavande
10 gouttes d'HE de tea tree
5 gouttes d'HE de camomille romaine
5 gouttes d'achillée ou petite camomille
5 gouttes d'HE d'ail

A appliquer 1 à 2 fois par jour sur la zone de démangeaison pendant 3 semaines maximum.

  • Crème pour soigner les dermites

Mélanger dans l'ordre:
10 gr de souffre
4 cuillères à soupe d'aloé vera
10 gouttes d'HE de Tea Tree
5 gouttes d'HE de menthe
Quand tout est bien mélangé, rajouter 100 gr de vaseline.

Avant l'application, laver la zone atteinte au savon antiseptique et bien la sécher. Puis masser avec la pommade.

  • Huile et astuce pour de beaux sabots

Dans la même proportion mélanger:
- de l'huile de laurier
- de l'huile d'olive
- de l'huile de colza.

A appliquer sur les sabots pour une corne belle et souple. Pour finir le travail sur les pieds, frotter la corne avec un oignon pour la faire briller.

  • Pansement pour fourmilière

Mélanger dans des proportions égales:
- de l'HE de tea tree
- de l'HE de Geranium Rosat
- de l'HE de thym.

Remplir la cavité que forme la fourmilière de ce mélange et faire un bouchon de gaze. Changer le pansement 2/3 fois par semaine.

  • Pommade pour les crevasses et gales de boue

Mélanger de la vaseline, de l'huile de foie de morue et de la fleur de souffre jusqu'à l'obtention d'une pâte jaune un peu épaisse.

A appliquer matin et soir. Attention, l'odeur est très forte,il vaut mieux mettre des gants pour l'utiliser!



Les astuces de grand-mère


  • Pour les suros

Raser les poils de la partie atteinte. Mettre une tranche de couenne (lard) de bonne épaisseur sur le suros, en prenant garde à ce qu'elle soit un peu plus grande que lui pour bien l'envelopper, et recouvrir d'une bande. A renouveler jusqu'à disparition du suros. A savoir que la couenne empêche également les plaies de bourgeonner.

  • Pour les tendinites, membres engorgés et molettes

Prendre une feuille de chou, enlever la nervure centrale pour retirer de l'épaisseur, la placer sur la zone douloureuse et recouvrir de flanelle et d'une bande. Le chou va absorber l'excédent d'eau dans le membre et le dégonfler. Les feuilles de chou peuvent même être utilisées en prévention après un gros effort ou avant de longs trajets.

  • Pour les fourchettes pourries

Imbiber des cotons de liqueur de vilate ou de teinture d'iode et les coincer autour de la fourchette, dans toutes les cavités. A utiliser avec précaution car cette méthode assèche vraiment la corne !

  • Pour les lymphangites

Appliquer 20 min au moins 3 fois par jour des compresses de vinaigre chaud au niveau des grosses veines se situant au-dessus de la lymphangite.

  • Pour prendre du muscle

Pour aider son cheval à prendre en masse musculaire, ajouter du lait en poudre dans ses granulés (100 gr/jour).

  • Pour les yeux qui coulent

Frotter doucement les yeux avec une éponge imbibée de tisane à la camomille.

  • Pour refaire la flore intestinale

Après une maladie ou en cas d'ulcère de l'estomac: mélanger un yaourt (Yop ou Actimel) à la ration du cheval.

  • Pour les oligo-éléments

Ajouter un tube en cuivre dans son bac à eau permet d'apporter des oligo-éléments au cheval.

  • Pour garder un cheval noir... noir

Une cuillère à café de paprika par jour dans la ration permet à un cheval noir de garder sa robe couleur ébène même en été ! (Adieu les reflets roux !)


  • Pour faire repousser la crinière
Mettre une bonne noisette de Petrol Hahn (flacon vert) dans sa main et frotter les crins avec pour activer la pousse.



Le dernier mot Jean-Pierre…


Certaines de ces astuces sont relativement inoffensives et mériteraient d'être essayées à l'occasion. Si quelqu'un veut donc se lancer dans l'aventure ou bien connait une de ces recettes ou en a d'autres à proposer, qu'il se manifeste !

Cet article permet néanmoins de rappeler le pouvoir de la nature et des plantes, bien souvent négligé, mais qui peut être une solution douce à certains problèmes, voir le dernier espoir de traitement quand la médecine échoue. Un article un peu plus sérieux sur les plantes et aliments bénéfiques aux chevaux devraient donc voir le jour pour compléter cette approche de la santé et des soins.














.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


27 nov. 2014

La TVA équestre ou « équitaxe » pour les nuls.

« La Horde française », « L’équitation en péril », « Hollande t’es foutu, les poneys sont dans la rue » : personne n’a échappé aux manifestations anti-équitaxe qui ont fleuri un peu partout en France il y a maintenant un an. Mais depuis, le mouvement est retombé comme un soufflet alors que le couperet va définitivement tomber dans un mois. La hausse de la TVA équestre serait-elle tombée dans l’oubli ? Si comme moi vous avez été un peu largué par les évènements, c’est le moment de se mettre à la page avant de se retrouver le nez dans le crottin, grâce à cet article d'explication de l'équitaxe.


Introduction à l’équitaxe


Avant tout, cela ne fait pas de mal de rappeler ce qu’est la TVA. La Taxe sur la Valeur Ajoutée est un impôt inclus dans les prix de vente de biens ou de prestations de services. C’est donc indirectement le consommateur qui le paye et le « commerçant » qui reverse le montant à l’Etat. C’est pourquoi quand une TVA augmente, le prix du bien concerné augmente aussi car c’est à nous, consommateurs, de payer la différence.

La TVA est appliquée à des taux différents en fonction des produits ou des services : le taux normal, le taux réduit ou le taux intermédiaire. Jusqu’en 2013, la TVA équestre était à un taux réduit de 7% car la France avait décidé de considérer ce sport comme une « exception culturelle française ». Mais le 1er janvier 2014 est entré en vigueur le décret du 12 novembre 2013 (la cause de toutes les manifestations) fixant la TVA des activités équestres à 20%, c’est-à-dire au taux normal de TVA. C’est ce décret et la hausse qui l’accompagne qui est appelé « équitaxe ».


La TVA équestre ou équitaxe, qu'est-ce que c'est ?
Manifestation à Paris contre la hausse de la TVA dans l'équitation - Crédit: lepoint.fr



Pourquoi ce changement de TVA équestre ?


Beaucoup de cavaliers et de professionnels du milieu ont râlé contre l’état français mais il faut savoir que cette décision vient de plus haut et que la France s’était arrangée jusque-là pour épargner notre secteur. La TVA équestre est enfaite fixée par l’Union Européenne et tous les pays doivent s’aligner sur le taux choisi, qui est celui de 20% pour toutes les activités équestres SAUF celles qui s’appliquent à la consommation de viande de cheval. En 2012 déjà, la France avait payé une amende de la cour de justice de l’union européenne pour non-respect du taux normal de TVA. Histoire de montrer patte blanche, la France a appliqué ce taux en 2013, mais uniquement sur les ventes de chevaux ! Sauf que l’U.E n’est pas dupe et a réclamé son application pour TOUTES les activités équestres et la France (tout comme l’Italie et le Luxembourg entre autres) a fini par céder sous la pression et par publier le décret annonçant le passage aux 20%. Cette TVA s’applique donc :
  • à la vente de chevaux
  • aux cours d’équitation
  • aux gains en sport hippique
  • à la prise au travail d’un cheval
  • aux activités équestres (centre-équestres, pensions, demi-pensions, pension travail)
  • etc, etc.

Cependant, suite aux nombreuses protestations, des mesures ont été prises afin que le changement de TVA se fasse plus en douceur et que la filière ne s’écroule pas brusquement avec la hausse des prix :
  • Tous les contrats (pensions, demi-pensions, inscriptions en club, licences…) signés avant le 31 décembre 2013 restent au taux réduit (7% si vous suivez bien) jusqu’au 31 décembre 2014.
  • Les animations, activités de démonstration et visites des installations sportives aux fins de découverte et de familiarisation avec l'environnement équestre (accueil de groupes scolaires ou de personnes en situation d’handicap par exemple), ainsi que l’accès aux installations à caractère sportif (manège, carrière, rond de longe) inscrites au Recensement des Equipements Sportifs (il faut donc vérifier que votre club est sur cette liste) bénéficieront d’un taux réduit de 5,5 % !



Le monde équestre post-équitaxe


A partir du 1er janvier 2014, les écuries factureront leurs pensions en deux parties : d’un côté l’hébergement du cheval, sa nourriture, les cours, etc soumis à une TVA de 20% et de l’autre l’accès aux installations soumis à une TVA de 5,5% (en prenant en compte les charges subies par la structure). Mais il en va de même pour le coût d’un cours : il faudra compter dans ce prix d’un côté l’accès aux installations et de l’autre l’instruction dispensée par le moniteur. Cela permet de baisser légèrement sa facture globale (même s’il ne faut pas rêver, les tarifs vont quand même augmenter hein !) mais les comptables vont s’arracher les cheveux à diviser toutes les activités en deux, d’autant qu’il semblerait que tout le monde n'ait pas eu connaissance de ces 5,5% (ah bah oui, il faut lire La Crinière Blonde !) et que certains hésitent donc à les appliquer de peur de se retrouver hors-la-loi (texte officiel dans les liens de l'article). Certaines pensions ont donc décidé pour 2015 de facturer l’ensemble de leurs prestations à 20% ! Bad news.

L’autre mauvaise nouvelle est que la Fédération nationale du cheval (FNC) et la Fédération française d'équitation (FFE) estiment que cette hausse de TVA mettrait en péril 2 000 centres équestres (si vous lisez un peu les journaux, vous aurez vu que certains ont déjà mis la clé sous la porte), 6 000 emplois salariés et menacerait environ 90 000 chevaux de finir à l'abattoir. Les ventes de chevaux sont de plus en plus difficiles et les éleveurs prévoient de réduire leur production pour l’année à venir. Il faut savoir que jusqu’à maintenant, la France est un des seuls pays de l’U.E où l’équitation s’est autant démocratisée : la FFE est la troisième fédération sportive du pays et depuis 20 ans, le nombre de licenciés a été en constante hausse (plus de 700 000 !). Jusqu’à cette année. Pour la première fois depuis bien longtemps, le chiffre est en baisse et l’équitation en péril.



Le dernier mot Jean-Pierre…


Selon les dires de certains, la France aurait pu agir autrement et éviter cette hausse. Je ne m’y connais pas assez pour dire si c’est vrai ou non, de même que je ne pourrais pas conseiller sur les méthodes de facturation des prestations en 2015 car il reste encore de nombreux flous juridiques concernant l’équitaxe. Par ailleurs, le gouvernement avait annoncé qu’un « fond privé équitation » géré par les responsables de la filière (FFE, GHN, FNC…) serait créé début 2014 afin d’aider les établissements équestres… Il a dû se perdre en venant à pied car aucun centre équestre ne semble en avoir vu la couleur !

Malheureusement, à ce stade de l’affaire, les acteurs de la filière équestre n’ont plus qu’à faire le dos rond devant un avenir qui s’annonce difficile. On enregistre déjà un petit déclin des activités équestres alors que, rappelons-le, tout le monde n’est pas encore passé aux 20% puisque les anciens contrats bénéficient du taux réduit jusqu’au 31 décembre ! Que nous réserve alors 2015 quand cela sera définitif pour tout le monde ? La hausse de la TVA équestre, la bombe à retardement du secteur équin… 
















.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


24 nov. 2014

"Non mais Allô ! T'es cavalier et t'as pas de bombe ?!"

(Désolé pour le titre, c'était trop tentant) Je ne sais pas ce qui pousse les cavaliers qui deviennent propriétaires à subitement abandonner leurs bottes et leur bombe pour monter... On m'aurait menti et c'est plus sécuritaire de monter en petites baskets et cheveux au vent ?... Mais enfaite y a-t-il vraiment une réflexion et une prise de décision consciente derrière ce geste ? Le "avec ou sans" bombe serait-il qu'une question de style ? Petite réflexion sur ce qui constitue tout de même l'assurance vie des cavaliers.


Il faut que je le dise tout de suite: j'ai toujours été de ces cavalières qui prônent le port de la bombe en toute circonstance, de celles qui agacent à venir commenter sur vos photos tête nue "et le casque alors ?". Mais il faut croire que je me suis ramollie avec l'âge et au fil des contre-exemples. Oui, j'ai fauté. Cet été, j'ai fais une balade dans un attrape touriste SANS bombe. Et alors qu'est-ce que ça m'a fait de passer de l'autre côté de la barrière ? Rien. A part me sentir mal parce que je prenais des risques inutiles et que je devenais une belle hypocrite avec mes grands discours sur la bombe. Ça n'a duré que 2 petites heures mais si il y a bien une chose que des années de pratique m'ont apprises, c'est qu'avec les chevaux tout peut aller très vite, y compris les accidents. Néanmoins, cela m'a amené à réfléchir au port de la bombe sous un nouveau jour.



Le port de la bombe, une affaire de moeurs


Personne ne peut nier que la bombe est un élément vital à la sécurité du cavalier, ce qui explique son utilisation massive et quasi-automatique. Néanmoins, je pense que le fait de porter une bombe dépend aussi de notre sensibilisation à la sécurité (si on est d'un tempérament prudent, anxieux, si un proche a déjà eu un accident...) et surtout de nos coutumes. Prenons les américains et plus particulièrement les cowboys : vous avez souvent vu un cowboy avec une bombe ? Et même chez les plus fervents défenseurs du sujet, y en a-t-il beaucoup qui s'offusquent du fait qu'ils n'en portent pas ? Non. Tout simplement car c'est leur tradition et que le Stetson fait partit du folklore de ces cavaliers et de l'imaginaire commun. Et pourtant, est-ce une excuse valable ? Pas vraiment si l'on considère la question d'un point de vue objectif. Et on peut trouver un autre exemple de ce genre sans quitter notre continent : que dire des cavaliers de dressage qui déroulent avec seulement un "haut-de-forme", et ce, dans des compétitions officielles (ce qui signifie donc avec l'approbation de nos autorités équestres) ? Quel exemple donner de la sécurité aux jeunes cavaliers ? Mais là encore, le port d'un chapeau de dressage est tout simplement inscrit dans la tradition de la discipline et participe à l'élégance du couple.

Le port de la bombe chez les cavaliers
Le non-port de la bombe: une bombe à retardement ?



Un choix personnel et réfléchi ?


Porter ou non la bombe est un choix personnel qui n'engage que vous... dans l'immédiat. La meilleure défense du clan des Cheveux-au-vent est de dire: "de toute façon, ça ne concerne personne d'autre, et s'il m'arrive quelque chose ce sera tanpis pour moi". Très juste. Néanmoins, on peut répliquer deux choses à ces arguments:

  • Bien souvent les structures équestres peuvent être tenues responsables de VOS accidents sur LEUR terrain si vous n'étiez pas correctement protégés, car il revient à ses structures d'assurer dans une certaine mesure votre sécurité. Donc dans le cas d'une chute sans bombe, certes les dégâts physiques ne s'appliquent qu'à vous, mais les dommages collatéraux eux impliquent directement le propriétaire des lieux. Voilà pourquoi presque toutes les écuries imposent désormais le port de la bombe dans leur manège afin de ne pas avoir de problèmes avec les assurances.
  • Ne pas porter une bombe n'engage que vous, mais qu'en est-il de vos responsabilités vis-à-vis de votre famille, vos amis ? Nos choix nous regardent mais ont toujours des conséquences pour ceux qui sont liés à nous et envers qui nous avons également des devoirs. Comment expliquer à une petite fille que sa maman ne se réveillera peut-être pas suite à sa fracture du crâne car elle avait décidé que ne pas porter de bombe ne concernait qu'elle ? Pourtant cette fillette sera très concernée par le fait de grandir ou non sans un de ses parents... 

Je noircis volontairement le tableau car pour choisir de monter avec ou sans bombe, il faut avoir toutes les clés en main et avoir bien en tête les risques que l'on encourt (et qui sont trop souvent minimisés). Pour moi, ce choix ne doit venir qu'après une véritable réflexion sur la question, et implique donc que cela provienne d'une personne mature (comprenez aussi : adulte). Un pro qui monte sans bombe, je peux l'accepter. Une gamine qui galope dans les champs tête-nue car la liberté avec son cheval, c'est à la mode et puis ça fait mieux sur les photos, c'est de l'inconscience. Son éducation équestre a visiblement été mal faite car on a oublié de lui inculquer la première des leçons: un cheval reste un animal imprévisible et l'équitation un sport dangereux. La conscience du risque et la première chose qui nous protège, et cela passe d'abord par un apprentissage avec une bombe. Car de toute façon, pour choisir de l'enlever, il faut l'avoir portée un jour.



Monter sans bombe, mais avec un minim de risques


Cela peut paraître illusoire, mais je pense qu'il est possible de monter sans bombe en minimisant les risques. Ce n'est qu'une question de bon sens : on évite de se débarrasser de sa bombe sur un jeune cheval, sur un cheval qu'on ne connait pas, en extérieur (surtout si on est seul !), pour sauter, si on monte dans un lieu inconnu... Comme on dit : en cas de doute, mieux vaut s'abstenir et comme je dis: mieux vaut les cheveux gras que le scalpe à ras !  Surtout que de nos jours, les bombes sont étudiées pour être légères, respirantes, jolies, elles se font facilement oublier. Avec tout ça, il n'y a plus vraiment de raison de vouloir les enlever à tout prix...



Le dernier mot Jean-Pierre...


Le port ou non de la bombe est un choix qui se respecte quand il est réfléchi. On ne peut pas protéger les gens contre leur volonté. Pour autant, il faut continuer à sensibiliser les cavaliers. Car ce geste banal peut nous donner l'impression de ne rien changer à notre pratique équestre. Le problème, c'est qu'on comprend toute la différence que cela fait uniquement le jour où on a un accident, le jour où il est trop tard. Malheureusement, cela n'arrive pas qu'aux autres et il est dommage de prendre des risques quand on sait qu'un simple geste peut nous sauver : porter sa bombe.













.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


20 nov. 2014

Premiers éléments pour juger la morphologie d'un cheval.

Cet article inaugure une nouvelle catégorie: l'hippologie. Pour débuter sur ce thème, je vous propose un petit tour d'horizon pour poser les bases : savoir repérer une bonne morphologie. Cela permet de détecter les points forts et faibles du cheval et ainsi de savoir quelle discipline lui sera - visiblement - la mieux adaptée ou au contraire, de prévoir de futurs problèmes de santé.


Conformation générale


Schéma d'un cheval bien conformé, à la bonne morphologie.
Cheval bien conformé et d'aplomb - Crédit: centaures.e-monsite.com

Pour juger un cheval, on commence d'abord par le regarder dans son ensemble. Il doit être harmonieux, se tenir bien droit et d'aplomb, de sorte qu'il puisse rentrer dans un carré: dos tendu, jambes et canons sains et fermes, les axes épaules / hanches bien parallèles. De cette façon, l'impulsion sera alors transmise sans pertes de l'arrière à l'avant. Un cheval fait légèrement en montant sera également valorisé, cette conformation favorisant l'abaissement des hanches et l’allègement de l'avant-main tant recherchés en dressage.

On va également prêter attention à ses "dessous", c'est-à-dire ses jambes. Le cheval doit avoir des dessous adaptés à son modèle, de bonnes jambes aux articulations sèches. Un avant-bras long au niveau des antérieurs sera apprécié pour des allures déliées et un bon allongement, de même qu'un jarret solide ni trop ouvert ni trop fermé.

Enfin, en concours on regardera aussi les "tissus" du cheval. De "beaux tissus" sont synonyme d'une peau fine à travers laquelle on voit les veines, couplés idéalement à une robe soyeuse.

Quelques défauts de conformation


  • Un cheval au modèle qui se tient les membres sous lui ou loin devant et derrière: cela révèle un problème d'aplomb qui risque de se répercuter sur la locomotion. Un cheval campé derrière (les jarrets dépassent alors la croupe vu de profil) révèle souvent un manque de force du dos et de la croupe assez fastidieux à récupérer au travail.
  • Un cheval fait en descendant: il aura tendance à reporter son poids sur les épaules et demandera également un long travail sur le plat pour le re-basculer vers l'arrière.
  • Des dessous dit légers: le cheval possède des membres trop fins par rapport à son physique, membres qui peuvent alors manquer de force.



L'encolure


Exemple d'une belle encolure chez le cheval.
Une bonne encolure - Crédit: chevaux-de-sport-la-treille.com

Une bonne encolure est assez longue pour jouer souplement son rôle de balancier et est construite "en triangle": l'attache de tête doit être assez légère pour ne pas entraîner du poids vers l'avant et inversement, la base de l'encolure doit être forte et large pour bien laisser passer l'air et faire une jonction belle et efficace avec le corps ( la fameuse "sortie d'encolure"). L'ensemble doit être "bien orienté" c'est-à-dire former un léger arc de cercle sur le dessus. Une encolure attachée un peu haute n'est pas un problème et permettra un port de tête élevé. 

Notons qu'il est dit que la longueur d'encolure va de paire avec l'amplitude des foulées car le mouvement des antérieurs ne peut dépasser le bout du nez. A méditer.

Les défauts d'encolure


  • Les encolures courtes et épaisses: elles alourdissent l'avant-main et sont moins mobiles et souples donc plus difficiles à travailler.
  • Les encolures greffées bas: favorisent un équilibre horizontal.
  • Les encolures faites à l'envers: appelées aussi "gorge de pigeon" ou "encolure de cerf", elles forment un arrondi sur le dessous. Elles résultent d'une mauvaise musculation ou d'une prédisposition morphologique (certain poulains naissent avec l'encolure orientée de cette façon). Ce défaut est heureusement rattrapable car en plus d'être inesthétique, il créer des tensions dans le dos suite à la posture très relevée des chevaux qui le possèdent.

Exemple de mauvaise encolure chez le cheval.
Un bel exemple d'encolure de cerf - Crédit: photo du net



L'épaule


La forme d'épaule attendue va varier suivant l'activité à laquelle on destine le cheval.

Une épaule droite présente une plus grande force de traction mais des allures limitées. Cela va donc être recherché chez les chevaux de traits pour les activités de force: débardage, attelage ect. On la retrouve aussi parfois chez les trotteurs, sûrement pour avoir une bonne force de frappe pour tracter le sulky.

Exemple d'une épaule droite parfaite pour la traction.
Epaule droite chez un Irish Cob - Crédit: photo du net

Dans le monde de l'équitation classique et des courses hippiques, on va logiquement rechercher le contraire tout en conservant un peu de cette force; la fameuse épaule oblique. Cette épaule longue et inclinée permet une grande amplitude de foulée, une facilité dans le mouvement qui permettra aussi des allures plus relevées et rebondissantes.

Exemple d'une épaule oblique ou inclinée chez le cheval.
Epaule oblique chez un Selle Français de sport - Crédit: photo du net

L'inclinaison de l'épaule se "mesure" de la pointe de l'épaule au garrot (et également selon son l'angle) et va souvent de paire avec la place du garrot (si le garrot est très avancé, l'épaule va souvent être droite). Dans l'idéal, l'angle de l'épaule doit être le plus fermé possible pour avoir une belle épaule inclinée.

Schémas des différentes épaules chez le cheval.
Schéma du net imparfait mais qui aide à visualiser la différence infime d'inclinaison.



Le dos et les reins


Le dos doit être de préférence de longueur moyenne voir court et surtout bien tendu. La jonction avec la croupe se fait par le reins qui, lui aussi, doit être ni trop court ni trop long, mais surtout large afin d'être solide. La jonction dos/rein/croupe doit se faire sans dépressions.

Exemple d'un bon dos chez le cheval.
Un dos qui forme une belle ligne continue jusqu'à la croupe - Crédit: photo du net

Les défauts du dos


  • Un dos trop long est souvent plus faible et un dos trop court moins souple.
  • Si le dos est concave, "ensellé", c'est qu'il manque de muscle (sauf cas plus rares de colonnes vertébrales construite ainsi). Ce dos manque donc de solidité et de puissance et ne retransmet pas correctement l'impulsion venue de l'arrière. A l'époque, on recommandait d'acheter un cheval au dos creusé pour les enfants et les femmes car il est réputé plus confortable.
  • Le dos carpé, c'est à dire bombé, ne présente pas grande gène tant que cela reste à un degré faible. Son seul inconvénient est de priver le cheval d'un peu de souplesse. Ce défaut est le seul qui n'est malheureusement pas corrigeable car il provient généralement d'une malformation squelettique.

Mauvais dos chez le cheval. Dos court et creusé.
Dos à la fois court et creusé chez un Connemara - Crédit: photo du net

Exemple d'un dos long chez le cheval.
Dos long mais apparemment tendu chez un PSAr - Crédit: photo du net



La croupe


Exemple croupe musclée et belle chez le cheval.
Jolie croupe légèrement inclinée et arrondie - Crédit: Xanthe-balios.com

La croupe doit être inclinée sans exagération, ronde sans être trop imposante et bien musclée. Dans l'idéal, elle doit former un angle d'environ 30°: ainsi, elle permet des allures rapides et puissantes grâce à des muscles à la fois courts et forts qui fortifient la ligne du dessus. Une bonne croupe procure au cheval un bon moteur.

Les défauts de la croupe


Exemple croupe horizontale chez le cheval.
Croupe horizontale, presque droite jusqu'à la queue - Crédit: haras-nationaux.fr

  • Une croupe horizontale sera propice à la vitesse puisque les muscles fessiers sont alors plus longs. Mais du fait du prolongement excessif qu'elle forme avec le dos, elle manque de force et de résistance.



Le dernier mot Jean-Pierre...


Comprendre pourquoi on recherche telle conformation ou telle conformation permet de mieux comprendre les mécanismes physiques de l'animal et d'avoir des critères de sélection lors de l'achat d'un cheval. C'est pourquoi faire cet article m'a semblé utile, même si en pratique il demande un sens de l'observation très développé.

Néanmoins, il est bon de rappeler qu'une morphologie prometteuse ne fait pas tout. Certains chevaux aux physiques avantageux se révéleront anti-doués sur les barres et sans aucune classe sur les terrains de dressage quand d'autres gaulés comme des vaches engloutiront 1m20 sans sourciller et auront un charisme à faire chavirer les juges une fois en piste. Une bonne morphologie ne reste qu'un indicateur !














.................................................Pour aller plus loin.................................................



.............................................A lire aussi sur le blog..............................................