2 nov. 2014

Comment couvrir et quelle couverture choisir pour son cheval.

Quelle couverture pour quelle température ? Quand commencer à couvrir son cheval ? Quelle taille choisir ? Chemise, séchante, nid d'abeille ? Quel grammage ?... Couvrir son cheval semblait simple au premier abord, mais rassurez-vous, ça l'est réellement une fois quelques notions de base posées.


Pourquoi couvre-t-on son cheval ?


Dit comme ça, ça a l'air d'une vraie question de blonde et pourtant c'est LA question de baseIl faut savoir qu'un cheval ne craint pas tant le froid - dans la limite du raisonnable - mais plus l'humidité et les courants d'air. On couvre donc un cheval exposé à ces deux facteurs ou lorsque les températures chutent de façon significative. Autre évidence: on couvre uniquement un cheval sec, d'où l'utilité des séchantes que l'on verra plus bas et l'impératif lié à toutes les couvertures qui est de choisir des matières respirantes pour que le cheval ne transpire pas en dessous (sinon ce qu'on fait ne sert plus à rien).

Le choix de la couverture dépend alors du lieu de vie du cheval (box ou pré), de son état de santé, de sa tonte, s'il travaille (et donc transpire) et à quel rythme, et du climat de la région (nous n'avons pas les mêmes températures en montagne ou en région parisienne).



Parler le langage couverture


Avant de choisir une couverture, il faut pouvoir comprendre ses caractéristiques techniques qui permettent de savoir si elle est adaptée à nos besoins:

  • Le grammage: on mesure en grammes la protection thermique d'une couverture, c'est-à-dire sa capacité à tenir chaud. Plus le grammage est élevé, plus la couverture sera épaisse et tiendra chaud. Une 100 grammes est une couverture légère tandis qu'une 400 grammes permet d'affronter un hiver en extérieur.
  • Les deniers: c'est la mesure de résistance d'une couverture aux déchirures et à l'usure. Plus le nombre de deniers d'une couverture est élevé, plus elle est résistante. On préférera utiliser une couverture de 600 deniers pour un cheval au box et une de 2000 pour un cheval au pré avec des congénères (la couverture sera exposée aux intempéries et aux morsures).
  • L'imperméabilité d'une couverture est simplement précisée ou non sur la fiche technique et résulte d'un traitement particulier du tissu.
  • La taille d'une couverture se mesure non pas par rapport à la longueur du dos d'un cheval, mais par rapport à la longueur totale du cheval.
C'est la dimension totale du cheval qu'il faut mesurer pour savoir quelle taille de couverture choisir.
C'est la dimension totale qui compte dans le choix de la taille d'une couverture - Crédit: kvalcade.fr



Quelle taille de couverture choisir ?


Pour un cheval qui mesure de 0m70 à 1m00, il faut choisir la taille 80 ou 95 cm.
Pour un cheval qui mesure de 1m00 à 1m10, il faut choisir la taille 105 cm (4'9").
Pour un cheval qui mesure de 1m10 à 1m20, il faut choisir la taille 110 cm (5'0").
Pour un cheval qui mesure de 1m20 à 1m30, il faut choisir la taille 115 cm (5'3").
Pour un cheval qui mesure de 1m30 à 1m50, il faut choisir la taille 125 cm (5'9").
Pour un cheval qui mesure de 1m50 à 1m60, il faut choisir la taille 135 cm (6'0").
Pour un cheval qui mesure de 1m60 à 1m70, il faut choisir la taille 145 cm (6'3").
Pour un cheval qui mesure de 1m70 à 1m75, il faut choisir la taille 150 cm (6'6").
Pour un cheval qui mesure de 1m75 à 1m80, il faut choisir la taille 155 cm (6'9").
Pour un cheval qui mesure dans les 1m80, il faut choisir la taille 165 cm (7'0").



Les différents types de couvertures et chemises et leur utilisation


Tout d'abord, on distingue couverture et chemise, même si elles se déclinent chacune en différentes sortes pour différentes utilisations :

  • Une chemise est faite d'une seule épaisseur de tissu et plus destinée à l'écurie.
  • Une couverture est doublée et matelassée, parfaite pour l'extérieur. 

Une chemise en nid d'abeille (ou polypropylène et tout autre matière absorbante) est ce qu'on appelle une séchante. Ce tissu est très aéré et absorbant, il permet donc logiquement d'absorber rapidement l'humidité du poil (cause transpiration ou douche). C'est une chemise intermédiaire qui sert uniquement à sécher le cheval et qui doit être enlevée ensuite pour éviter un coup de froid. Mais elle peut également servir aux chevaux au pré l'été afin de les protéger des insectes sans leur tenir trop chaud.

Chemise en nid d'abeille pour chevaux.
Chemise en nid d'abeille - Crédit: blog.chevalmag.com

Une chemise en coton sera utile pour protéger un cheval de la poussière (la veille d'un concours pour avoir un cheval à la robe éclatante), comme protection légère durant un transport, pour garder un cheval au chaud au box en milieu de saison ou comme sous couverture (pour protéger le cheval des frottements ou si votre couverture n'est pas assez chaude). Elle peut aussi être utilisée comme séchante mais le coton évacue mal l'humidité et la chemise mettra donc un moment à sécher après utilisation. Il ne faudra donc pas la laisser trop longtemps sur le dos de votre cheval, sous peine d'avoir l'effet inverse de celui recherché et de le retrouver le lendemain avec un bon rhume !

Une couverture de pré se doit d'être imperméable avec un tissu intérieur respirant pour que le cheval ne transpire pas dessous ou qu'il puisse sécher si jamais la pluie lui coulait le long de l'encolure jusqu'à l'avant-main (dans ce cas, un couvre-cou peut être une bonne idée). Il faut vérifier que la couverture comporte assez de systèmes de maintien pour rester en place en cas de galopade au pré (sanglage ventrale, au niveau des postérieurs, au poitrail) mais en même temps qu'elle laisse assez de liberté au cheval, qu'elle ne "l’étrangle" pas quand il broute, qu'il ne soit pas gêné dans ses mouvements au niveau des épaules (vérifier la présence de soufflets).

Enfin, parlons rapidement du couvre-rein, qui se trouve dans toutes les matières pour plusieurs utilisations, mais qui a pour but avant tout de protéger les reins des chevaux tondus en attendant qu'ils s'échauffent.

Comparaison et différence entre une chemise et une couverture pour chevaux.
Différence entre une chemise et une couverture cheval - Crédit: cheval-market.com & cavaldress.fr



Le dernier mot Jean-Pierre...


Il ne faut pas trop se prendre la tête, couvrir ou non est une affaire de bon sens et d'observation. Le meilleur indicateur reste de toucher votre cheval et de sentir si son poil est froid, d'observer s'il tremble, s'il fait assez de poil... C'est principalement lui qui vous dira quand et avec quoi le couvrir, soyez à son écoute ! Mais attention tout de même: si vous couvrez trop tôt, votre cheval fera moins de poil. Pratique pour ceux qui vivent à l'écurie (moins de poils, moins de transpiration), beaucoup plus embêtant pour ceux qui vivent au pré (pour lesquels il ne vaut mieux pas se précipiter).














.............................................A lire aussi sur le blog..............................................


8 commentaires:

  1. Pour la grande fan de couvertures que je suis, cet article est effectivement très instructif ! M'étant moi-même déjà renseignée, je le trouve clair, complet, parfait ;)

    Si je peux me permettre, j'ajouterai seulement un petit mot sur les couvertures en polaire, que, si je ne m'abuse, tu n'as pas décrites. Outre le fait que comme les chemises en coton, elles peuvent couvrir un cheval à la mi-saison ou servir de sous-couverture dans le grand nord, j'ai envie de "râler" contre ceux qui la déconseillent très très très fortement dans le rôle de séchante : car chez nous en montagne, c'est ce qu'on utilise ! Eh oui, car pendant qu'elle absorbe la transpiration du cheval, elle lui transmet en même temps de la chaleur et le protège du froid extérieur. Mais attention : il faut la laisser très très très peu de temps sur le dos du cheval ;)

    J'espère que tu ne m'en voudras pas d'avoir rajouter mon p'tit mot ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je me permet d'ajouter encore une fois mon grain de sel...
    Bien souvent, on voit des propriétaires soucieux de garder au chaud leur cheval au pré, pourtant pourvu de son poil d'hiver, histoire de lui donner un coup de pouce la nuit ou lors de vagues de froid. On lui ajoute donc un coupe-vent ou une couverture imperméable en cas de temps très humide.
    Dans le pire des cas, je l'ai malheureusement vu, la couverture imperméable est laissée un moment, sans trop de surveillance, elle finit par prendre l'eau ou la neige fondue traverse, et le cheval se retrouve avec une couverture trempée sur le dos, remède bien entendu pire que le mal. Il suffit de voir que parfois, la plupart des couvertures, même de bonne qualité, une heure de paddock sous une pluie lourde et battante, et ça commence à traverser, la capillarité faisant le reste pour mouiller une bonne portion de la couverture.
    Ce premier point peut paraitre évident, mais ça arrive malheureusement trop souvent. Dans le pire des cas, la couverture est laissée ad vitam eternam, et l'eau gèle même sur la couverture.
    D'ailleurs, la plupart du temps, même les couvertures d'hiver de pré (imper + chaude) de bonne qualité finissent par prendre l'eau. Pourquoi ? Tout simplement parce que l'été venu, on va laver la couverture crasspouille pour qu'elle soit bien propre au prochain hiver. Grosse erreur, les détergents agressent le tissu et élimine l'imperméabilité. La solution est de les laver simplement à l'eau froide au karshër, ou tout simplement de se munir d'huile de coude et de les brosser vigoureusement une fois sèche. Alors certes, elle ne sera pas immaculée, elle gardera des tâches, mais au moins, elle restera imperméable ! Les produits "ré-imperméabilisants", j'y crois pas trop.

    Le second cas, moins impressionnant, mais beaucoup plus courant, on rajoute un coupe-vent sur un poil d'hiver, plus par "bonne conscience"(toujours ce dangereux antropomorphisme !) qu'autre chose. Grave erreur ! Le cheval se tient chaud en hérissant son poil (le fameux aspect nounours !), ce qui garde une couche d'air chaud à la surface de la peau, réchauffé par la chaleur corporelle. La couverture écrasant les poils, ils ne peuvent plus utiliser cette fonction érectile pour se réchauffer. C'est parce que nous, pauvres animaux sans poils, on a moins froid avec un coupe-vent que pour les poilus, c'est pareil !

    A savoir que l'on élève des pur-sang arabe (animaux à peau fine pourtant adapté aux deserts brulants) sur des hauts plateaux enneigés, en altitude, pour améliorer leurs capacités respiratoires pour l'endurance. Un cheval non-tondu, qui se sera adapté progressivement à la vie en plein air (s'il était au box avant), même s'il parait avoir peu de poil (comme notamment le pur-sang arabe), disposant d'un abri artificiel ou naturel lui permettant de s'abriter des vents dominants, pourra tout à fait passer les hivers les plus rigoureux dehors, s'il dispose d'une alimentation suffisante et de bonne qualité pour faire face aux dépenses de calories nécessaires pour se réchauffer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au final, comme chaque matériel qu'on utilise, c'est toujours à double tranchant...

      Je pense faire un article sur l'entretien du matériel pour justement éviter de le bousiller en voulant bien faire, et un autre sur comment reconnaître si son cheval à froid: j'ai lu des trucs vachement intéressant sur ce que tu dis à propos du poil!

      Supprimer
  3. Intéressant! Mais j'ai une question (idiote): quand le cheval mesure pile 1m30, on prend une 115 ou une 125?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais que ça dépend du physique global du poney. S'il fait 1m30 et que c'est une crevette, la 115.

      S'il fait 1m30 de haut et 1m10 de large, faudra peut être plus se tourner vers la 125.

      Supprimer
  4. Merci pour ce blog et cet article qui reprend tous les fondamentaux des couvertures pour chevaux. le guides des tailles est particulièrement appréciable.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  5. C'est compliqué de faire des choix, à vous lire ça semble très simple et arrivé au pré on se pose toujours la question !

    RépondreSupprimer